Un jour, une idée

Jouer au peintre faussaire à Genève

Avec ses ateliers Real/Fake, le peintre genevois Stéphane Ducret propose d’approcher un artiste contemporain majeur en copiant une de ses œuvres

Vous aimez les sérigraphies d’Andy Warhol, les aplats de couleur de Jonas Wood ou encore l’imagerie manga japonaise de Takashi Murakami? Mais comme vous n’avez certainement pas les moyens de vous les offrir, vous pouvez aujourd’hui reproduire une de leurs œuvres. Il vous suffit, le temps d’une soirée, de jouer aux faussaires en suivant les instructions de l’artiste et ancien galeriste Stéphane Ducret.

En complément de sa pratique personnelle et inspiré par l’artiste conceptuel Rudolf Stingel, notamment par son questionnement sur le concept d’originalité, Stéphane Ducret développe depuis plus de deux ans une offre de cours étonnante qui aborde autant les gravures de Franz Gertsch que les superpositions de noir à la Soulages, tout en passant par les peintures abstraites de la superstar Gerhard Richter.

«Chaque cours débute avec une introduction, images ou vidéos à l’appui, mais aussi de la musique. Ainsi, pour l’atelier autour de Jean-Michel Basquiat, nous avons écouté des groupes de l’underground new-yorkais de l’époque, c’est-à-dire la musique no wave de DNA, de Talking Heads ou de Kid Creole & the Coconuts. Lorsqu’on passe à l’action, il y a des personnes qui restent très fidèles à l’œuvre et d’autres qui se lâchent. Pour s’initier à la peinture, il est beaucoup plus rassurant d’avoir un cadre précis que de se retrouver devant une toile blanche.»

Ces ateliers attirent des passionnés d’art contemporain, des néophytes, voire des gens qui cherchent simplement à se sortir de leur quotidien en faisant une sorte d’art-thérapie. Il y a même des collectionneurs qui sont venus reproduire les œuvres de leur artiste fétiche. La méthode a fait ses preuves et se décline désormais en diverses formules qui comprennent une ou plusieurs séances de trois heures ou une séance plus courte d’une heure et demie. Alors que le nombre de participants se limite en règle générale à 10 personnes, les sessions ont aussi été déclinées pour de plus grands groupes à l’occasion de workshops de team building proposés aux entreprises.

Stéphane Ducret se fait aussi guide lors de virées artistiques baptisées Very Good Trip, réservées à de petits groupes qu’il emmène découvrir les institutions et artistes les plus significatifs d’une ville. Après New York et Mexico City ou les grands rendez-vous annuels comme Art Basel et la Biennale de Venise, les nouvelles étapes de ce printemps seront Rotterdam et le nord de l’Argentine.


Art Classe, Stéphane Ducret, place des Eaux-Vives, rue François-Versonnex 17 bis, Genève, tél. 076 385 68 88. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».

Publicité