En février 2020, Nathalie Rebholz a accepté l’invitation de la galerie genevoise Le Labo pour un projet baptisé Waiting Room, pour réfléchir à la façon occuper l’espace d’art dans les moments de battement entre les expositions. Quelques semaines plus tard, avec l’arrêt imposé par le confinement, la notion de temps suspendu a alors pris une autre signification. Le projet de l’artiste, dont la pratique va du médium photographique à la performance sonore, évolue naturellement vers des enregistrements sonores.

Sus à la saturation!

Intriguée par l’intimité du format audio, si simple et direct par rapport au visuel qui «sature notre attention et nous projette sur la surface des écrans, pour y faire du lèche-vitrine», l’artiste devient également curatrice. Elle invite d’autres artistes à réaliser des capsules sonores variées, de la lecture d’extraits à des morceaux de musique planante en passant par une session de yoga. Nourri par ces contributions singulières, Joyfully Waiting se révèle comme une étrange boîte à musique numérique, un ovni sur lequel il vaut la peine de jeter une oreille.

Parmi les derniers arrivages sur le site web, le morceau Neither or Nor Either se distingue comme une boucle sonore hypnotique dont la mélodie répétitive et entêtante correspond à la sonnerie d’appel Skype. Grâce à la compositrice italienne Elena Radice, elle a été retranscrite et chantée par une chorale numérique de cinq voix. Le résultat est aussi bluffant qu’ironique, à une époque où la communication par écrans interposés s’impose au plus grand nombre.

Pour Psychic Groom, Mélodie Mousset (ci-dessus) et Moisés Horta Valenzuela (ci-dessous) ont composé une nappe électronique rythmée par des sonorités africaines entrelacées de fragments relaxants venant de YouTube, dont les fameux ASMR, ces gentils bruitages et chuchotements censés apporter de la détente.

L’artiste Galaxia Wang, enfin, s’est retrouvé confiné en 2020 en Australie, où il a découvert l’oiseau-lyre. Ainsi, dans ses dix pièces musicales, il rend honneur à ce volatile capable d’imiter les voix, voire les bruits causés par les humains, comme celui d’une caméra ou d’une scie. Ainsi, dans l’intimité de cette chambre sonore qu’est Joyfully Waiting, on croit même apercevoir un jardin luxuriant.


Joyfully Waiting, compositions sonores d’artistes contemporains. Retrouvez tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».