Mode 

Julian Zigerli, la couleur de l’audace

Jeune étoile de la mode suisse, le Zurichois Julian Zigerli incarne un style loufoque et décalé, à mille lieues de la traditionnelle élégance alémanique

La rue est son podium. En septembre dernier, en marge du festival Mode Suisse pour la jeune création helvétique, Julian Zigerli investissait la vieille ville de Zurich pour présenter sa vision de l’automne-hiver 2018-2019, un vestiaire mixte, bariolé et joyeusement provocateur. Il y avait d’abord des pantalons et des cardigans en maille ultramoulants, des chemisiers en voile transparent que venaient contredire des bottes de militaire au combat. Puis sont apparues ces saisissantes photos d’éphèbes, des plans rapprochés d’un bras, d’un torse, d’une jambe. Autant de fragments du corps masculin que Zigerli a fait imprimer sur des vêtements du quotidien: vestes de pluie, salopettes, chemises, robes, t-shirts. La pièce la plus remarquée? Un sac à dos imprimé d’une paire de fesses arborée telle une feuille de vigne par un jeune homme aux muscles saillants.

L’auteur des clichés n’est autre que Walter Pfeiffer, photographe de mode suisse alémanique à l’aura internationale, frénétique portraitiste d’une masculinité festive, insouciante et ambiguë. «J’ai accepté de travailler avec Julian parce qu’il n’est jamais ennuyeux, il réinvente sans arrêt. Et puis c’est un ami et ce projet m’amusait», explique celui que l’on surnomme affectueusement «Walti».

Retrouveztous les articles de T, le magazine du Temps.

Exubérance alémanique

Avec cette collaboration baptisée «Bold is my favorite colour» (l’audace est ma couleur préférée), Julian Zigerli, 34 ans, confirme son appétence pour une exubérance peu répandue en Suisse alémanique. En tout cas pas celle que l’on imagine. Aux costumes des banquiers de la Bahnhofstrasse, au minimalisme stricto sensuel des galeristes locaux, aux chemises de bûcheron des hipsters du Kreis 4, le Zurichois oppose un sportswear narratif aux imprimés loufoques et colorés (pour la collection printemps-été 2019, il revisite l’emmental et les saucisses à rôtir). Et ça marche.

En quinze collections, Julian Zigerli est devenu l’un des rares créateurs helvétiques à s’être fait un nom à l’étranger; en témoignait la présence à son défilé d’influents éditeurs internationaux de magazines indépendants. En février, il a ouvert sa première boutique en nom propre dans le Niederdorf, le rêve de toute une génération de jeunes stylistes. «Julian est le créateur de mode le plus talentueux et le plus important que la Suisse ait connu ces dix dernières années, assure Yannick Aellen, fondateur de la plateforme Mode Suisse, qui a soutenu Julian Zigerli dès ses débuts en 2011. Saison après saison, il n’a jamais cessé de développer sa vision et d’investir d’autres villes comme Paris, Milan ou Berlin.»

Entre Berlin et Milan

Né à Zurich d’un père pilote de ligne et d’une mère au foyer, Julian Zigerli a toujours aimé jouer avec son apparence et les vêtements, sans pour autant rêver à une carrière dans la mode. «A l’école, je m’habillais toujours de façon originale et je me teignais les cheveux de toutes les couleurs. L’idée de la mode m’intéressait, mais je ne comprenais pas vraiment ce que c’était», se souvient le créateur. Après ses études obligatoires, à 17 ans, il effectue un stage dans une petite marque de mode locale. C’est le déclic. «Je n’avais jamais touché une machine à coudre, mais j’avais de la facilité à concevoir et à réaliser des vêtements. Je me suis dit, pourquoi pas?» Direction l’Université des arts de Berlin, d’où le Suisse ressort en 2010 avec un bachelor en design de mode. Dans la foulée, il décide de se mettre à son compte. «J’ai pensé postuler dans une grande maison, mais j’ai présenté une mini-collection à Paris qui a rencontré beaucoup de succès auprès des acheteurs. Alors je me suis lancé avec l’aide de ma famille et de mes amis.»

Lire aussi: Dries Van Noten: «Seul le présent m’intéresse»

En 2012, première reconnaissance: Julian Zigerli gagne le Swiss Design Award avec «To Infinity and Beyond», une collection pour explorateur moderne teintée d’une délicieuse ironie arty. La consécration internationale arrive en 2014, lorsque Giorgio Armani invite le créateur à défiler dans son espace milanais dans le cadre de la fashion week masculine Milano Moda Uomo. Les médias aidant, les ventes décollent, et le nom de Julian Zigerli se retrouvera régulièrement au calendrier des fashion weeks de Milan et de Berlin.

Retour du fils prodigue

Après dix ans passés dans la capitale allemande, Julian Zigerli a récemment décidé de se réinstaller à Zurich. «Berlin est une ville fabuleuse, mais les gens sont de passage. J’étais fatigué de devoir sans cesse recréer ma vie sociale. A Zurich, j’ai mes amis, ma famille, et un formidable cadre de vie.» C’est aussi là que se trouvent ses clients les plus fidèles. «Julian a eu beaucoup de succès dans ses expériences internationales. Mais il a aussi réalisé que son public se trouvait surtout en Suisse, où il a de vrais fans», observe Yannick Aellen.

Le prochain défi consiste à survivre. «Ma famille et moi-même finançons l’ensemble de la marque. La situation d’indépendant est parfois difficile à gérer, il faut séduire les acheteurs, maîtriser son image. Et les gens à Zurich manquent parfois de folie. Mais je suis de nature optimiste. Quand je pense au travail accompli jusqu’ici et aux gens qui me soutiennent, j’ai envie de continuer à me dépasser.»

Publicité