Voyage

L’Algarve, entre splendeurs et traditions

Avec ses nouveaux hôtels de caractère, ses golfes et ses falaises ocre surplombant des criques azurées, la côte sud du Portugal devient une destination en soi. Une terre riche en héritages que le segment du luxe vient magnifier

Il faut imaginer une cataplana fumante. Ce très beau récipient en cuivre martelé, composé de deux parties concaves qui se referment comme un coquillage. Scellant, dans le geste, la saveur des palourdes, gambas, tomates, pommes de terre, cabillaud, coriandre, ail et vin blanc qu’elle fait cuire à l’étouffée. Il faut l’imaginer, parce que cette sorte de tajine à bouillabaisse renferme la beauté la plus authentique du sud du Portugal: les produits de la pêche, les herbes aromatiques qui poussent sur les falaises ocre au-dessus du grand bleu, un verre d’alvarinho, cépage typiquement portugais, et un artisanat local qui découle des mines de cuivre exploitées jusqu’aux années 1960.

Luxe et traditions

Passer quelques jours en Algarve et suivre la trace de cet objet depuis l’un de ses derniers ateliers de fabrication jusqu’aux cuisines d’un hôtel de luxe pour apprendre à l’utiliser, tel est le genre d’activités qui nous fait toucher d’emblée la face authentique de l’Algarve, proposées par Anantara Vilamoura. Inauguré l’an dernier, à une trentaine de minutes de l’aéroport international de Faro, à dix minutes des plages et de la marina huppée Vilamoura et face à l’Oceânico Golf Course, dessiné par Arnold Palmer, cet hôtel monumental est le premier en Europe du grand groupe hôtelier thaïlandais.

Lire aussi: L'île d'Elbe, dans les pas de Napoléon

Fidèle à sa philosophie d’hospitalité asiatique ancrée dans le terroir particulier de chaque hôtel, ce bâtiment pharaonique est une vitrine pour les artistes et artisans locaux. Les sculptures, œuvres d’art, peintures et installations de l’hôtel constituant une galerie d’art portugais contemporain. La décoration met en valeur le vivier du Projet TASA (Techniques Ancestrales Solutions Actuelles) qui promeut le savoir-faire portugais comme métier d’avenir et source d’économie locale. Des matériaux naturels comme le liège, les feuilles de palmier, la terre, le bois ou le lin inspirent des pièces uniques en quantité limitée, des paniers aux sous-verres, en passant par des poteries en terre cuite disséminées dans les chambres.

Terroir revisité

L’ancrage dans les traditions locales passe aussi par plusieurs propositions d’expériences, dans l’esprit de la grande tendance touristique haut de gamme du moment. On a testé l’atelier de cuisine Spice Spoons qui démarre par les courses en compagnie du chef au marché couvert mauresque de Loulé, village voisin, et ses ruelles adjacentes aux multiples ateliers, concepts stores, bar à café et boulangeries portugaises, avant de passer deux heures en cuisine avec lui. Après avoir rempli la luisante cataplana, on y apprend à flamber comme les bergers de Monchique (la plus grande montagne de l’Algarve) les chouriços avec de l’aguardiente, une eau-de-vie portugaise distillée à partir de la canne à sucre, dans un récipient en terre cuite conçu pour ça.

Côté vins, le concept du restaurant gastronomique EMO qui domine le golfe s’articule autour des accords mets et crus portugais parmi les 300 références sélectionnées par Antonio Lopes, meilleur sommelier du pays en 2014. Dont plusieurs cultivés pas loin, les caractéristiques de la région – variété des sols, climat méditerranéen, humidité de l’Atlantique, exposition au sud, protection des vents du nord grâce aux montagnes de Monchique – donnant aux vignobles des conditions semblables à la Californie.

Lire aussi: La bulle berlinoise de David Fischer

D’autres circuits proposent de déguster huîtres et autres fruits de mer chez un pêcheur de la Ria Formosa, un parc naturel composé de 60 kilomètres de lagunes côtières et d’îles formant des cordons littoraux, ou de remonter dans les terres à l’origine de l’agriculture et des produits typiques de l’Algarve: amandes, caroubes, figues, oranges et olives. Une manière de s’éloigner des clichés que véhicule cette destination «soleil» prisée pour ses 200 km de plages de sable doré et sa météo de carte postale. Car si la côte est bel et bien prise d’assaut en juillet-août par le tourisme de masse, ce bout du Portugal garde encore une part d’authenticité qu’il faut savoir où chercher.

Criques spectaculaires

L’autre force de l’Algarve réside dans les falaises vertigineuses qui cisaillent la côte. Des roches couleur ocre, tout comme le sable des plages qui se forment aux pieds de certaines d’entre elles. L’hôtel Tivoli Carvoeiro a été construit dans les années 1960 sur les hauts d’une calanque. Rénové cette année, il offre un cadre spectaculaire aux adeptes de minimalisme contemporain, des suites avec baignoire en Corian devant une baie vitrée au bar aménagé sur le toit, en passant par la piscine ronde et les trois restaurants, tout est pensé pour s’imprégner du paysage. Du calme de l’océan aussi. Car si les adeptes de surf trouvent leur bonheur du côté de Sagres et de la côte ouest de la province, les plages du sud, face au Maroc, se trouvent protégées des grands vents atlantiques.

Le parc de l’hôtel est le point de départ de l’une des randonnées les plus impressionnantes de l’Algarve: le sentier des sept vallées suspendues, à faire idéalement le matin, qui sillonne les calanques et les plages une par une, tout en dominant l’océan depuis une centaine de mètres de haut. Les belles plages sont situées entre Praia de Vale Centianes et Praia da Marinha. L’océan turquoise, les parfums des herbes aromatiques sauvages chauffées par le soleil, les escaliers sculptés dans la roche qui descendent jusqu’à l’eau, la beauté est à couper le souffle.

Poissons en abondance

On devine les dauphins et les baleines au large – la côte est un spot d’observation qu’exploite le secteur du tourisme, mais il est aussi possible de la découvrir avec une équipe de zoologistes active dans la protection de l’écosystème marin. S’il ne fallait faire qu’une seule halte gourmande, ce serait à la hauteur de la plage de Benagil. Sur les hauts, la terrasse du restaurant O Pescador évoque une taverne grecque ou un hôtel néohippie d’Ibiza. Il faut penser à réserver une table côté mer, et savourer les linguine noires aux fruits de mer et tomates, plat culte du lieu. A moins de choisir son poisson pêché du jour au poids – turbot, thon, sole, daurade, espadon, bar, rouget ou sardine.

Pour se baigner dans l’océan tonique, la crique la plus intimiste, à deux pas d’un quartier chic de maisons individuelles, est la Praia do Carvalho. On y descend par une cavité dans la roche. D’autres cavités servant d’ombrage naturel quand le soleil tape trop fort sur le sable.

De l’autre côté de l’hôtel Tivoli, un chemin aménagé sur pilotis en bois, beaucoup plus fréquenté, permet aux promeneurs d’admirer les falaises en sandales. Une bonne façon de rejoindre le bar restaurant Boneca niché dans les roches en contrebas du ponton depuis 1969. Seul survivant d’une génération de bars creusés dans certaines falaises à l’entrée de plages, comme celui qui borde l’entrée de do Carvalho. Pour une pause plus chic et exclusive, opter pour le restaurant Arte Náutica, associé à l’hôtel Vila Vita, sur la plage Armação de Pêra, l’une des seules du coin qui comptent des transats et parasols à louer.


Y aller

Genève-Faro, vol direct

Y dormir

• Anantara Vilamoura

Victoria Gardens, av. dos Descobrimentos nº 0, Vilamoura

vilamoura.anantara.fr

A partir de 160 francs la chambre double

• Tivoli Carvoeiro

Vale do Covo, Praia do Carvoeiro, Carvoeiro

tivolihotels.com/fr/tivoli-carvoeiro

Y manger

• O Pescador

Estr. de Benagil, Lagoa

Pescadorbenagil.com

• Arte Nautica Beach Restaurant

R. da Praia, Armação de Pêra

Vilavitaparc.com/en/restaurants-and-bars/arte-nautica

• Boneca Bar Restaurant

Alga Seco, Carvoeiro

Facebook.com/RestauranteBonecaBar

Y voir

• Atelier d’artisanat du cuivre (cataplana)

Rua da Barbaca 26, Loulé

• Mercado Municipal

R. José Fernandes Guerreiro 34, Loulé

• Projecto TASA

R. de Portugal 35B, Loulé,

Projectotasa.com

• Wildwatch

Rua Infante Santo, 73, Ferragudo

wildwatch.pt

Publicité