Lors du grand défilé de mode de la Haute Ecole d’art et de design (HEAD-Genève) l’année dernière, la créatrice Quynh Bui a fait coup double avec sa collection Fade. A 37 ans, cette Américaine a non seulement remporté les 10 000 francs du Prix Master Mercedes Benz, mais a également décroché le Prix La Redoute x HEAD avec, à la clé, la création d’une collection capsule. Déjà disponibles sur le site de La Redoute ainsi qu’aux Galeries Lafayette, à Paris, les cinq pièces de Quynh Bui célèbrent la noblesse du denim et les volumes démesurés. Elle succède ainsi avec talent à Flore Girard de Langlade, précédente gagnante du prix, dont la collection a été un franc succès.

Rendez-vous dans le XVIIe arrondissement de Paris. C’est là que La Redoute organise le shooting photo de la collection. C’est l’heure du repas, Quynh Bui et l’équipe chargée de l’accompagner sont attablées au rez-de-chaussée d’un immeuble haussmannien abritant plusieurs studios. On parle de mode et de cadrage, des prises du matin et des silhouettes qu’il reste à photographier.

Quelques minutes plus tard, au deuxième étage, tout le monde s’active sur le plateau. D’un côté, un mannequin roux comme surgi d’un tableau de Botticelli pose dans un look monochrome orange. Son intemporalité contraste avec la modernité de sa tenue. De l’autre, un coin habillage avec les cinq looks de la collection. Pièce incontournable du défilé de la HEAD, l’immense chapeau orange fait bien sûr partie de la capsule.

Pièces uniques

Quynh Bui est née à Orange County, en Californie, a vécu à Paris et à New York avant d’étudier à Genève. Au début des années 2010, elle collabore avec la marque TSE (prononcez «Say»), connue pour décliner le cachemire dans des formes non conventionnelles. «Après avoir travaillé dans l’industrie du textile, j’ai commencé à sentir que je voulais donner vie à mes propres idées», explique la designer qui vient de terminer le master en design mode et accessoires de la HEAD-Genève.

Aujourd’hui, ses idées prennent la forme d’une réflexion sur le jeans d’occasion. «Depuis le début je voulais utiliser le denim. J’aime le shopping vintage. Je voulais aussi faire quelque chose qui ait un but, une signification. Je ne voulais pas participer au gaspillage des vêtements de la mode éphémère», explique Quynh Bui. Le nom de la collection, Fade, (littéralement «s’effacer») fait référence à ces jeans de seconde main, qui se délavent un peu plus à chaque lavage. «J’en ai récupéré beaucoup. Je les ai «déconstruits» et, à partir de là, j’ai élaboré de nouvelles pièces.»

Du style pour tous

En travaillant avec La Redoute, le designer a dû prendre en compte certains impératifs commerciaux. L’entreprise de vente par correspondance est présente dans 26 pays et doit pouvoir satisfaire une large clientèle dans les meilleurs délais. Les pièces uniques et les jeans récupérés vont donc être remplacés par du denim neuf.

A lire aussi Le luxe durable, réalité ou imposture?

A l’origine, ces collections capsules étaient une façon inédite d’offrir du style bon marché. Elles étaient confiées à de jeunes couturiers comme Emmanuelle Khanh en 1969, Anthony Vaccarello (en 2011) ou encore Johanna Senyk, fondatrice de Wanda Nylon (en 2016), marque depuis disparue. Mis en place l’an dernier, le partenariat avec la HEAD permet donc à de nouveaux talents, moins connus, d’accéder à une reconnaissance internationale.

Monochrome et surdimensionné

Responsable des Partenariats Créateur & Image de La Redoute, Sylvette Lepers confirme son choix et sa stratégie: «J’ai voulu donner à Quynh Bui cette opportunité parce que faire une collection, c’est cher, faire des patronages aussi. La Redoute offre à ses jeunes créateurs la possibilité de disposer de l’expérience d’une grande marque, de son réseau d’approvisionnement, de ses compétences. Même si Quynh est encore jeune, elle cultive déjà un ADN. J’aime la singularité, et j’avoue que j’ai tout de suite trouvé son univers intéressant.»

Avec ses denims déstructurés et monochromes, aux volumes flirtant avec l’oversize, la créatrice californienne frappe un grand coup. Sans pour autant se reposer sur ses lauriers. Tablant sur la visibilité que cette première collection va lui amener, Quynh Bui cherche à s’installer à son compte et à créer sa propre marque.


La collection est à découvrir sur laredoute.ch, aux Galeries Lafayette Haussmann et au BHV Marais, à Paris.