design

L’art de la table

Pour son diplôme de master, le Lausannois Gregory Syrvet a produit cette petite table. Un guéridon à l’élégance très «Années folles» qui ne renie pas sa totale contemporanéité

> Gregory Syrvet, 28 ans

Pour son diplôme de master, le Lausannois Gregory Syrvet a produit cette petite table. Un guéridon à l’élégance très «Années folles» qui ne renie pas sa totale contemporanéité. Son plateau en argent lustré comme un miroir porte la signature de Christofle. Sa structure en aluminium assume son origine industrielle. «S-Table», c’est l’alliance réussie du chic et de la machine.

www.gregorysyrvet.ch

Vous avez créé un objet de luxe. Quelle différence avec un objet «normal»?

Un objet qui prétend au luxe tient tout d’abord au choix de la matière dans laquelle il va être réalisé. Il doit aussi être le garant d’une expérience, d’un tour de main unique. La différence est là.

Le designer qui vous fait vibrer?

Les Français Ronan et Erwan Bouroullec pour le côté conceptuel et l’Allemand Konstantin Grcic pour l’aspect technique, vu qu’à l’origine j’ai une formation dans ce domaine. Cela dit, l’art et la photographie m’intéressent aussi. Je pense aux images de Gregoire Alexandre, qui sont à la fois minutieuses et extrêmement chargées. J’aime ce genre de décalage. Les blogs sont également une source importante pour rester au courant et trouver l’inspiration.

Le luxe pour vous c’est…

Mettre en valeur un art parfois centenaire, celui du cristal chez Baccarat ou du travail de l’argent chez Christofle. Pour un designer, côtoyer ces marques de luxe, c’est aussi la chance de pouvoir travailler des matériaux précieux et de suivre des processus sinon difficilement accessibles.

Publicité