Un jour, une idée

L’art végétal japonais «kokedama» prend ses aises à Genève

Pour se vider l’esprit et embellir les intérieurs, les ateliers des Dames Coquettes enseignent l’art de fabriquer des boules végétales épurées et poétiques

Le kokedama puise ses origines dans différentes techniques ancestrales japonaises: le nearai, qui consiste à associer des plantes sauvages sur un petit dôme de terre; le kusamono, qui combine des plantes de saison sur une planche de bois ancien laquée; et le bonsaï, qui consiste à nanifier un arbre. Si cette dernière technique est la plus connue en Europe, elle exige néanmoins un entretien très spécifique et délicat. La réalisation du kokedama, cet art décoratif végétal apparu dans les années 1990, et les soins à y apporter sont beaucoup plus accessibles.

Koke signifie «mousse» et dama veut dire «boule», les racines de la plante étant contenues par une sphère de terre recouverte de mousse. Au Japon, il existe une centaine de mousses différentes et traditionnellement l’on fabrique des kokedama avec des plantes ramassées lors d’une promenade dans la forêt ou en montagne.

Le plaisir de la terre mouillée

A Genève, se lancer dans la réalisation de ces œuvres est désormais très simple grâce à divers ateliers. Chez Foound, un espace pluridisciplinaire, on peut suivre une fois par mois le cours des «Dames Coquettes», donné par Andrea Machalova. La jeune femme partage cette passion grâce à laquelle on savoure le plaisir immédiat de manier et humer la terre mouillée. On acquiert les rudiments de la technique et l’on repart avec son petit monde végétal sans se soucier du matériel nécessaire ni de composer le mélange approprié de terre et d’argile, élément clé de la démarche.

Certaines plantes, comme les lierres, les fougères ou encore les succulentes, sont conseillées pour leur facilité d’entretien comme pour leur résultat graphique. Andrea emploie volontiers des ficus ou des Pilea peperomioides, aussi appelées «plantes à monnaie chinoise», qui, avec leurs feuilles en forme de pièces d’argent, sont considérées comme symbole de chance et donc offertes à l’occasion du Nouvel An chinois.

En plus de ses ateliers réguliers, Andrea Machalova donne des formations gratuites au Printemps Carougeois (centre commercial) mercredi 15 (14-18h) et samedi 18 mai (10h30-11h30 et 14-17h). D’autres initiations, moyennant une participation de 55 francs par personne, seront données lors de la première édition du Marché de printemps de Bellevue (esplanade Gitana), qui célébrera l’artisanat local le dimanche 26 mai.


Atelier Kokedama, par Les Dames Coquettes, lesdamescoquettes@hotmail.com, sur Instagram: @lesdamescoquettes, sur Facebook: @lesdamescoquettesgeneve. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».

Publicité