UN jour, une idée

L’Atelier protéiforme qui n’aimait pas les cases

A l’avenue de France 39 à 41, l’A-t-e-l-i-e-r est à la fois café, bar, galerie, showroom et cantine

Un jour, une idée

Cet atelier protéiforme n’aime vraiment pas les cases

A la fois café, bar et galerie. Mais aussi showroom de mobilier vintage et cantine. L’Atelier, «c’est un peu comme un shampoing 5 en 1». Ce client sirotant sa bière les fesses chauffées par une peau de bête n’a pas trouvé meilleure comparaison pour définir cette nouvelle adresse lausannoise. Mais l’idée est là. Disons que l’on y vient pour trinquer, bruncher, se cultiver et chiper des idées déco. A l’extérieur, l’Atelier c’est une paire d’yeux avec ses deux vitrines identiques séparées par un escalier qui balaye l’avenue de France où il s’est installé en septembre 2014 dans les locaux d’un ensemblier décorateur.

A l’origine de ce café-bar-galerie, Cybèle Abdel, 31 ans, et Laure Gasser, 30 ans, respectivement ex-assistante de direction et ex-graphiste dans la production publicitaire. Ces deux copines passionnées d’art, de meubles et de design ont tiré une croix sur leurs jobs respectifs et les grasses matinées pour monter leur affaire.

Ce tandem énergique met un point d’honneur à ne pas se laisser envahir par le quotidien. Dans leur atelier, tout est donc évolutif. Les expositions comme le mobilier. «Seules les deux minettes derrière le bar restent», s’amuse Cybèle. «Il n’y a rien de pire qu’un lieu qui se fige, renchérit Laure. C’est comme dans ton salon, au bout d’un moment, tu te lasses de ton canapé.»

Il y a quelques mois encore, les deux patronnes n’imaginaient pas en arriver là. En 2013, elles visitent les locaux avec l’idée d’en faire une galerie d’art privée. Cybèle et Laure apprennent alors que la terrasse est exploitable. Ce sera donc un café-galerie. Puis vient aussi l’envie d’y insuffler l’esprit d’un bar. «Le lieu actuel s’est construit au fur et à mesure», ajoute Cybèle. Ce mélange a priori ambitieux est cohérent, mais aussi très réussi.

Côté meubles, les deux copines chinent les brocantes deux fois par mois pour renouveler l’esprit des lieux. Côté galerie, elles fonctionnent au coup de cœur. Cybèle et Laure démarchent les artistes qu’elles aiment et les exposent pour une durée de deux mois environ. Là aussi, «il n’y a pas de lignes directrices, explique Laure Gasser. Ni sur les techniques, ni sur les sujets. Si ça nous plaît, on y va.» Depuis le 1er février, c’est le travail des pastels de l’artiste Clara Arozarena qui a trouvé grâce aux yeux des tenancières. Le vernissage aura lieu ce jeudi 5 février, à 18h.

Côté bar et cantine, les deux patronnes travaillent exclusivement avec des producteurs locaux. Des infusions et sirops artisanaux produits par le Jardin des Monts, un petit herboriste de montagne niché sur les pentes du Pays-d’Enhaut. Les bières aussi, mises en bouteilles par les microbrasseries de La Côte (Vullierens), des 3 Dames (Sainte-Croix), du Jorat (Vulliens) ou de la Nébuleuse à Lausanne, qui fournit la «Zepp». Les deux copines sont les premières à la proposer à la pression.

Parce que tout cela creuse les estomacs, Cybèle et Laure proposent tous les jours des soupes et des tartines salées classiques (féra fumée du lac Léman, chèvre frais). Des spéciales aussi le mercredi (patate douce, cacahuètes). Le samedi, les deux patronnes revisitent le concept de la «Ptite bouffe du samedi soir» comme elles l’appellent. Un plat différent chaque samedi au gré des envies et de la saison.

L’Atelier Av. de France 39-41, Lausanne.Ma-me 7h00-22h00, jeu 7h00-00h00,ve 7h00-1h00, sa 9h00-2h00, di 10h00-16h00 (brunch sur réservation).www.l-a-t-e-l-i-e-r.ch

Publicité