J’irai sur vos tombes

A Lausanne, les lions, les pierres et la tête de Coco Chanel

La géniale couturière (1883-1971) a dessiné elle-même sa tombe, qui porte la trace de son caractère fantasque. Elle se trouve au cimetière du Bois-de-Vaux. Balade

Cimetière du Bois-de-Vaux, section 9, concession 129-130-131. Fleurs blanches – des cotonéasters rampants (c’était une consigne), un banc de pierre pour se souvenir en regardant de côté, et cinq têtes de lion – son chiffre fétiche et son signe astrologique – qui gardent les lieux.

Avant qu’elle ne devienne une héroïne de films, peu de Français savaient que Gabrielle Bonheur Chanel, dite Coco, est enterrée à Lausanne. La marque ne le mentionne pas dans la biographie en ligne qu’elle consacre à sa fondatrice, comme est omise d’ailleurs toute la période de la Deuxième Guerre mondiale, pendant laquelle la géniale couturière enfermée au Ritz, le palace parisien, entretient une longue liaison avec un officier allemand.

C’est à cause de lui qu’à la Libération, Mademoiselle Chanel est arrêtée, interrogée, puis finalement relâchée, peut-être sur l’intervention de son vieil ami Winston Churchill. C’est à cause de cette période trouble qu’elle vivra une partie de ses années d’après-guerre loin de Paris, à Lausanne, pour se refaire une virginité. Dans la Gazette de Lausanne, on trouve trace de ses séjours, à l’Hôtel Royal et Savoy notamment, puis à Sauvabelin, où elle avait acheté la villa Le Signal, en 1966. «J’ai toujours eu besoin de sécurité. En Suisse, on peut avoir cette sécurité», disait-elle.

Décrite par ses contemporains comme acariâtre et aigrie à la fin de sa vie, la couturière est morte dans une suite du Ritz de Paris le 10 janvier 1971, des suites d’une crise cardiaque, en présence de sa gouvernante. Pour mourir, elle s’était habillée, coiffée et maquillée. Elle avait demandé à être enterrée en terre suisse, là donc où elle se sentait «en sécurité». C’est elle-même qui a dessiné sa tombe, réalisée par le mari de sa petite-nièce Gabrielle, qu’elle aimait beaucoup. Particularité de cette tombe: la stèle se trouve non sur la tombe, mais devant. Une volonté explicitée par la grande Mademoiselle: «Je ne veux pas de pierre sur ma tête, avait-elle précisé. Au cas où je voudrais ressortir.»

Dossier
Tombes illustres de Suisse romande

Publicité