Il faut imaginer une cour en béton brut, au bord d’une route fréquentée, sous un toit de tôle et une végétation sauvage. Un canevas urbain qui, le temps d’une soirée de printemps, s’est transformé en maquis, ces restaurants improvisés de Bamako, Abidjan ou Porto-Novo, au Bénin, animés jour et nuit, musique à coin.

Missing fichier.

«On y a posé un bar à cocktail en paillotte, des palmiers, des œuvres d’artistes contemporain, des plateaux de dégustation. Lino Versace, chanteur ivoirien, s’est mis au micro. Et la magie africaine a opéré», raconte Linda Kablan qui espère ainsi briser les idées reçues et parfois négatives sur l’Afrique en valorisant ses richesses auprès d’un public plutôt branché.

Née en Côte d’Ivoire et au Bénin où elle a vécu, cette gérante d’immeubles, épicurienne et fière de sa culture d’origine, est à la tête d’une agence événementielle teintée afro, à laquelle vient de se joindre la princesse Marthe Monthe Magistris, petite-fille du roi Taffou Happi II de Bana au Cameroun, et organise plusieurs fois par année des soirées Safaris, à Lausanne pour commencer.

«L’idée est de faire voyager les cinq sens, en associant à la gastronomie la musique live, la décoration, la mode et l’art, pour que les couleurs et les odeurs soient typiques de ce continent méconnu», poursuit l’organisatrice qui a lancé en début d’année la Girafe rose, la marque de vêtements, d’accessoires et d’objets de Safari Happening, qu’elle annonce urbaine, tendance et éthique, ainsi qu’un service traiteur axé sur les saveurs originales et exotiques de ses pays d’origine, banane plantain en tête.

Les soirées Safaris sont ouvertes à tous, sur inscript.: www.safari-happening.ch