Mode masculine

Les leçons de Milan

Les détails in et out vus aux défilés 2013. Et lesquels adopter si l’on est plutôt classique ou branché

A l’usage de l’homme d’affaires

Investir dans un grand manteau, de préférence beige ou gris, plutôt ample, d’allure militaire ou campagnarde (le genre qui donne envie de s’enrouler dedans) – Se remettre à la veste de costume à double boutonnage (pans croisés) – Revenir aux cravates très foncées (mais toujours étroites) sur chemise blanche – A la hausse aussi, les flanelles, et les surfaces comme feutrées – «Sportifier» son allure avec des pièces zippées ­plutôt que boutonnées – Quand c’est possible, opter pour le style business casual: veste plutôt molle, col roulé, pantalon à la limite du jogger; le tout dans des matières de première qualité – Pour les occasions formelles et incontournables, un costume sur-mesure – Un caban court ou une parka technique plutôt qu’une doudoune – Jamais de veste sans un mouchoir plié en pochette sur la poitrine – Chaussette de couleur, ma si!

A l’usage du hipster

Le beige, le beige, le beige. Par exemple pour un grand manteau, classique, à martingale, ajusté aux épaules mais plutôt «loose» en bas – Le pantalon «feu de plancher» laisse voir la chaussette – La veste de costume toujours courte, manches en deçà du poignet – Boutons de manchette, pochette – Grand retour du sweater de forme carrée, souvent rigide, ample, parfois même en cuir – Une serviette plutôt qu’un sac – Pantalon avec pinces sous la ceinture, mais proche de la cuisse et serré à la cheville – Paletot en cuir de couleur un peu glacé. St. Bo.

Publicité