Entre un couplet des Doors et un refrain de la chanteuse italienne Mina, dans mon agenda de lycéenne figurait aussi la citation «Etudie comme s’il n’y avait pas d’examen, danse comme si personne ne te regardait, aime comme si tu n’avais jamais souffert». Et c’est toujours vrai, car danser sans prendre en compte le regard extérieur est un exercice aussi difficile qu’éviter les déceptions amoureuses.

La socialisation liée aux moments dansants reste indissociable de la séduction, qu’il s’agisse de maîtriser des pas spécifiques en harmonie avec son partenaire, comme pour la salsa et le tango, ou d’afficher l'attitude la plus décontractée possible sous les lumières clignotantes d’une boule à facettes, le regard des autres nous retient toujours trop dans notre exploration chorégraphique.

Bulle créative et bienveillante

La mouvance ecstatic dance, elle, met en avant le pouvoir exutoire du mouvement en regroupant les conditions idéales pour un lâcher-prise total. Qu’elles soient organisées dans une salle de yoga en journée ou le soir dans un club, les sessions plongent les participants dans une bulle créative et bienveillante. Sans alcool, ni fumée, ni photos ou vidéos, ni aucun échange verbal sur la piste pour que chacun puisse «rentrer en soi, écouter ses propres sensations afin de se laisser porter», confie Joel Koenig, graphiste et passionné, qui promeut cette pratique depuis deux ans à Lausanne avec la complicité de Sacha Nielsen alias DJ Unity.

Il explique: «Inscrit dans le sillon de l’artiste américaine Gabrielle Roth qui a inventé les «cinq rythmes» (une exploration du mouvement inspiré par le chamanisme) ou d’autres autres danses en conscience comme la bio danza ou l’open floor, l’ecstatic dance n’impose aucune indication aux participants pour influencer leurs mouvements.» Ces événements réunissent aussi bien des personnes de 20 ans qui veulent sortir du moule que des sexagénaires aguerris, tous unis par l’envie de laisser parler leur corps d’une façon décomplexée sur de la musique tant électronique que tribale. Un nouveau rituel d’ablution par la danse qui fait ressurgir dans mes souvenirs un vieux morceau de 2010 du groupe américain LCD Soundsystem intitulé Dance Yrself Clean.


Ecstatic Dance, avenue du Léman 26, Lausanne, samedi 20 juin de 20 à 22h. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».