design

Leurre et la manière

Virgile Thévoz, le designer-pêcheur, a emprunté le savoir-faire horloger pour fabriquer ce kit de pêche complètement précieux

> Virgile Thévoz, 25 ans

Il aurait voulu être architecte. Et puis il a découvert le terrain de jeu du design et son champ expressif qui s’étend à l’infini. A cheval entre la Suisse, où il a ses contacts, et Londres, où il souhaite s’installer, Virgile Thévoz, le designer-pêcheur, a emprunté le savoir-faire horloger pour fabriquer ce kit de pêche complètement précieux.

cargocollective.com/virgile2

Vous avez créé un kit de pêche de luxe. Quelle différence avec un set «normal»?

Le luxe se distingue dans mon projet de «kit de pêche» par la mise en valeur de techniques artisanales propres au savoir-faire horloger suisse, et donc à une certaine culture de l’identité. Sans pour autant arborer l’étiquette «made in Switzerland» reconnue comme gage de qualité, j’ai cherché à démocratiser l’idée du luxe à travers des moyens artisanaux, qui non seulement mettent en valeur les matériaux utilisés, mais rendent également l’objet fonctionnel et attrayant. Du point de vue des coûts de production, le kit reste bon marché à produire en série et le prix de vente, par conséquent, en bénéficie. Le luxe se dévoile donc davantage à travers les finitions choisies et l’histoire qui s’en dégage que par sa valeur pécuniaire.

Le designer qui vous fait vibrer?

Mathieu Matégot, designer français des années 1950, spécialisé dans les objets en tôle perforée. Il a su donner une direction au design moderne avec un style et une efficacité qui lui sont propres.

Le luxe pour vous c’est…

Démocratiser l’idée du savoir-faire, le rendre accessible et indispensable, contrairement au luxe que l’on connaît, souvent inabordable. Sans tomber dans le luxe de masse, offrir des alternatives d’exception reconnues pour leur engagement en faveur d’une production artisanale. Le luxe reste finalement un bon moyen de perpétuer les traditions et donc la culture.

Publicité