Horlogerie

L’heure rebelle, clous et têtes de mort au poignet

Parsemées de têtes de mort, pimentées de clous façon collier de chien, lacées de cuir ou de chaînes, ces montres déroulent une esthétique infusée d’un esprit punk ou rock

Imaginez Johnny Rotten, le chanteur des Sex Pistols, vociférant un «No future» à la face de la couronne d’Angleterre, une montre de luxe au poignet. Imaginez les musiciens des Clash déployer leurs slogans contestataires, un bracelet de force à clous au poignet droit, un garde-temps coûteux accroché à celui de gauche. Dans la vraie vie des années 1970, en pleine explosion du mouvement punk, ces images auraient été totalement incongrues, voire risibles.

Quarante ans plus tard, les porte-voix de la rébellion ont disparu, leur rage nihiliste alimentant la légende de leur marginalité. Mais leurs codes vestimentaires perdurent, distillant dans la mode, le bijou ou la montre cette fameuse esthétique révoltée. No future? Pas si sûr. Au poignet, l’attitude punk rock semble avoir un bel avenir devant elle, à grand renfort de bracelets en cuir clouté comme des colliers de chien, de chaînes lacées de cuir, de combinaisons savamment étudiées de nuances sombres, de têtes de mort au sourire ravageur. Autant de motifs propres aux courants de diverses contre-cultures aujourd’hui érigées en figures de style.