Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Massimo Bottura. /Getty Images
© Bryan Bedder

Gastronomie

L'italien Osteria Francescana sacré meilleur restaurant du monde

Le restaurant du chef Massimo Bottura, à Modène en Italie, a remporté lundi la première place du classement 2016 des 50 meilleurs restaurants du monde. Le Français Pierre Hermé décroche le titre de meilleur pâtissier du monde

L'Osteria Francescana, du chef Massimo Bottura, à Modène en Italie, a été sacrée lundi soir «meilleur restaurant du monde 2016», lors d’une soirée à New York. Deuxième l’an dernier du classement des «Best», il a détrôné l’espagnol El Celler de Can Roca à Gérone (Catalogne), qui passe à la deuxième place.

Lire aussi: Le meilleur restaurant du monde est catalan, un chef suisse en 5e rang

Une Française, «meilleure femme chef du monde»

«Je veux remercier tout le monde, car cela a été tellement difficile», a déclaré visiblement ému Massimo Bottura, en recevant son prix sur la scène du Cipriani Wall Street à Manhattan. «Les gens pensent que nous sommes des rock stars, mais c’est un travail difficile, tous les jours, dans la cuisine», a-t-il ajouté.

Remportant le titre de meilleur pâtissier du monde, Pierre Hermé s’est, lui, félicité d’un prix qui «est une grande reconnaissance du savoir-faire français, à un niveau international» et s’est dit «extrêmement flatté». Le chef français Alain Passard a également été récompensé mardi soir par le prix «Lifetime Achievement» qui récompense l’ensemble de sa carrière et son restaurant Arpège se classe à la 19e place du classement.

Une Française, Dominique Crenn, dont l'Atelier Crenn est installé à San Francisco, a également été élue «meilleure femme chef du monde». Déjà l’an dernier, la Française Hélène Darroze avait été sacrée «meilleure femme chef du monde».

Le restaurant new-yorkais Eleven Madison Park est 3e du classement, le Péruvien Central 4e, le Danois Noma 5e, et le Français Mirazur à Menton, 6e. La liste 2016 célèbre les restaurants de 23 pays, sur six continents, mais la moitié se trouvent en Europe.

Quatre restaurants italiens dans le classement

«Massimo Bottura est connu pour ses créations très personnelles et ambitieuses qui honorent autant le patrimoine de son pays que sa modernité», ont indiqué les responsables du classement, en célébrant «ses créations telles que les Cinq âges du Parmigiano Reggiano qui présentent le célèbre fromage de la région dans des formes et textures totalement inédites pour la plupart des convives», et ses classiques revisités «comme les tagliatelles au ragoût haché à la main et son risotto cuit dans du jus de veau».

Quatre restaurants italiens figurent dans le classement 2016 et trois restaurants français, le Mirazur, Arpège et Septime, à Paris, qui fait son retour à la 50e place.

Lire aussi: Thomas Keller, le plus «french» des chefs américains

L’Espagne compte sept restaurants dans la liste, dont trois parmi les 10 premiers: outre El Celler de Can Roca, l'Asador Etxebarri est numéro 10 et le Mugaritz numéro 7. Cinq restaurants sont scandinaves, six sont américains, cinq sud-américains et six asiatiques, dont le Narisawa à Tokyo, 8e. Le Clove Club au Royaume-Uni, prix du meilleur nouvel entrant, arrivant à la 26e place.

Un classement accusé de manque de transparence dans le passé

Selon William Drew, éditeur du groupe des World’s 50 Best Restaurants, la liste cette année fête «plus que jamais la diversité des talents culinaires qu’offre la planète gastronomique». Le classement des «50 Best» a acquis une notoriété et une influence croissantes depuis son lancement en 2002, initialement dans le cadre du magazine britannique Restaurant.

Il avait été accusé l’an dernier, principalement en France, de manquer de transparence, et sa méthodologie avait été critiquée. Ses organisateurs ont expliqué mardi qu’il était établi à partir des votes de 972 experts internationaux, auteurs, critiques gastronomiques, chefs, restaurateurs et gastronomes réputés.

Ce groupe comprend 27 régions comptant chacune 36 personnalités qui doivent voter pour sept tables – dont trois au moins hors de leur région géographique – par ordre de préférence, sur la base de leurs meilleures expériences gastronomiques au cours des 18 derniers mois. Il n’existe pas de liste de critères prédéterminés.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a