création

L’ombre au tableau

Réinventer l’horloge iconique suisse, c’est le défi lancé par le designer Claudio Colucci aux étudiants de la Haute Ecole d’art et de design de Genève

«C’est le coucou qui chante toutes les heures, cet oiseau gardien du temps, que j’ai voulu placer au centre de mes recherches. J’ai donc quitté l’objet d’horlogerie pour faire évoluer l’une des facettes de son identité. Je me suis concentrée sur la grâce avec laquelle ces volatiles traversent le ciel», détaille l’étudiante qui a filmé des mouettes pendant des heures, très tôt le matin, l’après-midi, puis le soir, assise au bord du lac. Pourquoi elles? «Parce qu’elles planent, elles prennent le vent, elles montent… L’image reposante qui se dégage de la manière dont elles habitent le ciel correspondait bien à un tableau qui s’anime différemment selon les heures», précise-t-elle. Son coucou prend la forme d’une animation réalisée à partir des vidéos de mouettes. Ces dernières volent puis se figent pour indiquer l’heure, tandis que sont diffusés leur chant et le bruissement du vent. Le tout sur iPad. Pour doter ce paysage technologique d’une touche artisanale propre à l’horloge traditionnelle, Camille Dols a fait fabriquer un cadre épais en bois dont la patine évoque le chalet du coucou. C’est poétique. La luminosité change avec les heures. On a envie de prendre le temps de le regarder.

Publicité