HORLOGERIE

L'or des montres est toujours plus précieux

Omniprésent dans les collections de haute horlogerie, le précieux métal se métamorphose sous l’effet de techniques ancestrales ou de nouveaux alliages innovants. Il habille le temps d’une aura inaltérable

Finement ciselé, délicatement gravé, martelé, sculpté ou tressé en dentelles légères, il ne se refuse à aucune des tentations esthétiques de l’horlogerie. Il orne les boîtiers, s’invite sur les cadrans, enlace les poignets sous la forme de bracelets au toucher soyeux. Il se plie à tout et dévoile ses multiples visages au gré de techniques anciennes ou contemporaines, d’alliages inédits ou de transformations physiques innovantes. Métamorphosé, sans cesse réinventé, pareil à un rêve familier, l’or n’est, chaque fois, ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre.

Avant d’esquiver l’interdit des signes ostentatoires de la Genève calviniste du milieu du XVIe siècle en se tournant vers la fabrication de boîtiers de montres, les horlogers étaient des orfèvres. C’est dans leurs ateliers de bijouterie que plongent les racines de leur travail sur l’or, un pilier toujours incontournable dans l’habillage du temps. Piaget en a fait une spécialité à travers des montres manchettes tissées de fils d’or ou de cadrans travaillés comme des bijoux selon un répertoire de techniques anciennes de gravure. «Les bracelets en or gravés à la main sont une signature de Piaget depuis les années 1960, souligne Marc Menant, directeur marketing des produits horlogers de la marque. Dans nos ateliers, nous altérons ce métal, nous nous efforçons de travailler sa forme originale pour le transformer en quelque chose d’exceptionnel. C’est notre savoir-faire, notre grande spécialité.»

Lire également: Au carrefour de l’horlogerie et de la joaillerie tout est permis!

Finitions virtuoses

En 2018, la marque avait réintroduit des techniques ancestrales de gravure dans la collection Extremely Lady en ornant ses bracelets de textures d’or inédites, pareilles à celle du bois, de la fourrure ou du givre. Cette année, une nouvelle montre Extremely Lady dévoile un décor d’écailles reproduit à la fois sur le bracelet et le cadran. Chaque motif est brossé à la main, par touches subtiles, en respectant d’infimes différences d’angles et de profondeurs. Autre exemple de l’expertise de Piaget dans le travail de l’or, la montre Limelight Gala, ornée d’un cadran en malachite, présente un bracelet entaillé de milliers de fines lignes sous lesquelles disparaît la structure en maillons. «Il s’agit là d’une finition décor Palace que l’on retrouve dans plusieurs de nos créations des années 1960, précise Marc Menant. C’est un ouvrage d’une précision extraordinaire qui nécessite deux journées complètes de travail.»

Parce qu’il est tendre et particulièrement malléable, l’or se prête aux interprétations les plus diverses. Il est un support de prédilection pour d’extraordinaires gravures chez Vacheron Constantin. Le boîtier de la montre Les Cabinotiers Grande Complication Phoenix a été sculpté selon les techniques du ramolayé comme de la taille douce et révèle tous ses reliefs au terme de 300 heures de travail. Chez Audemars Piguet, l’or se fait aussi scintillant qu’une surface givrée en version Frosted Gold, fruit d’une technique ancienne consistant à marteler finement sa surface. Mat et soyeux, il révèle encore une autre de ses facettes chez Bulgari. «Ce qui m’intéresse par-dessus tout, c’est d’utiliser des matériaux que tout le monde connaît, mais de manière différente, explique le directeur artistique des montres Bulgari, Fabrizio Buonamassa, en désignant une montre Octo Finissimo en or rose sablé. Avec cette pièce, je voulais quelque chose de très contemporain, une surface brute, un look sportif et élégant à la fois. Nous avons créé une nouvelle esthétique, un nouveau visage de l’or sur une montre.»

Couleurs et résistance

Longtemps cantonnés à des alliages classiques d’or jaune, rose, rouge, blanc ou gris, les horlogers misent aussi désormais sur de nouveaux types d’or, de couleurs différentes mais aussi d’une dureté plus importante. Depuis 2005, tous les modèles en or rose de Rolex sont taillés dans Everose, un alliage exclusif d’or 18 carats conçu dans la fonderie de la marque avec un ajout de titane de 2% environ, qui permet d’avoir une teinte particulière et plus résistante au temps. A. Lange & Söhne utilise également, depuis 2010, un or couleur miel issu d’un alliage spécial combiné à un traitement thermique. Cet alliage spécifique est plus dur que l’or traditionnel. Car quand certaines marques jouent sur la malléabilité de ce métal précieux pour le modeler à leur guise, d’autres cherchent précisément à le durcir pour assurer une meilleure résistance aux rayures.

A lire à propos des autres matériaux utilisés en horlogerie: Le chic de la céramique

En 2011, Hublot avait dévoilé le Magic Gold, au terme de plusieurs années de développement en partenariat avec les ingénieurs de l’EPFL. Présenté comme l’or le plus dur du monde avec une résistance proche de 1000 Vickers – contre 600 pour un acier trempé – il est constitué d’or 24 carats et de carbure de bore, une céramique extrêmement dure utilisée notamment pour fabriquer les gilets pare-balles. Dans la même logique, IWC a également développé son propre alliage, baptisé Hard Gold, selon un procédé technique gardé secret. «Nous sommes partis d’une composition chimique plus ou moins similaire à celle de l’or rouge traditionnel, confie Lorenz Brunner, directeur du département R&D d’IWC. Mais nous lui avons appliqué des forces externes pour modifier sa microstructure en réduisant les grains au maximum. Le résultat est très satisfaisant et sa dureté avoisine les 320 Vickers.»

Lire également: Montres, tout ce qui brille…

Modelable à l’infini ou résistant comme une armure, précieux et noble: quelles que soient les formes qu’il adopte, l’or n’a pas encore révélé tous ses secrets. Il continue d’accompagner les horlogers dans leur quête d’éternité. Des horlogers devenus chimistes et ingénieurs, mais pour lesquels l’orfèvrerie a, il y a plusieurs siècles, présidé à la passion de la mesure du temps.

Publicité