Voyage

A l’Utah sauvage

Il ne possède peut-être pas les parcs nationaux les plus célèbres du pays, mais l’état du sud-ouest des Etats-Unis vaut le voyage à lui seul. Balade embarquée dans le sud et ses trésors cachés

Sebastiao Salgado, le photographe aux mille voyages dans des territoires inviolés, avait pourtant prévenu d’un définitif: «Le sud-ouest américain m’a offert les plus beaux lieux que j’aie jamais vus sur terre.» Naïvement, on avait aussi tenté d’anticiper le choc en chassant quelques clichés amateurs de-ci de-là. Mais rien ne permet de vraiment se préparer aux falaises interminables, aux canyons omniprésents, et à ces camaïeux de rouge qui ramènent aux sublimes Chroniques Martiennes de Ray Bradbury. C’est peut-être l’Utah, mais on dirait une autre planète. Impossible de tout découvrir en un seul voyage: trop de lieux incontournables, trop de trésors cachés. Alors on en a retenu trois, nichés dans le sud, accessibles à tous, sans avoir besoin de planifier une expédition.

Lire aussi: Détroit, architecture City

Zion, la star

C’est un petit miracle de pouvoir se promener là-bas. La zone est accessible depuis la grande crise des années 1930, lorsqu’une foule de chômeurs fut envoyée par le gouvernement pour construire des routes et des chemins. C’est à ces forçats volontaires qu’on doit aujourd’hui de pouvoir surfer sur les éléments.

A Zion, c’est comme si des géants s’étaient amusés à jeter de la pâte à modeler au sol avant de l’écraser un peu au hasard. Mais il y a de la méthode derrière ce gigantisme à peine descriptible: des millions d’années de sculpture par l’érosion. Si vous avez gardé tout ou partie de votre âme d’enfant, le même jeu qu’avec les nuages vous attend: trouver des visages ou des messages cachés dans les arabesques de la pierre. Ou grimper jusqu’à Angels Landing, littéralement la piste d’atterrissage des anges, pour le panorama le plus célèbre du coin. La vue est tellement stupéfiante qu’elle frappe en deux temps: d’abord en direct, puis le soir, quand les images défilent en accéléré avant que vous puissiez trouver le sommeil. Pour ceux sujets au vertige, on recommandera plutôt les Narrows: des rivières de canyon qu’on remonte chaussé de bottes imperméables, et avec un bâton pour éviter les fautes de pieds sur les galets glissants, quand on se retrouve immergé jusqu’à la taille.

Duo de déserts

Le sommeil définitif, c’est la malédiction dont semblent avoir été victimes les hoodoos de Bryce Canyon, ces drôles de fracas rocheux qu’on peut traduire par «cheminées de fée». Là aussi, au premier abord, on dirait des incohérences sorties de terre, mais mieux vaut ne pas plaisanter avec les fantômes. La légende voudrait que ces colonnes soient en fait des personnes changées en pierre par les dieux en colère. Certaines ont la tête un peu de travers et se feront décapiter un jour, par l’érosion là encore. Quand? Peut-être demain, ou alors dans deux siècles, c’est juste impossible à prévoir.

Pour les amoureux de grands espaces un peu plus plats, il faudra filer jusqu’à Devils Garden, à Escalante. Tous les clichés de l’ouest sauvage ont été rassemblés ici: le désert, les arbres morts, la végétation toute sèche. Et puis ces nuages à fond plat, aux parfaites harmonies de couleurs… Ils sont là tous les jours, comme si on venait les accrocher chaque matin pour rendre la carte postale imparable. La solitude est très accessible ici, même aux périodes les plus fréquentées. Il suffit d’escalader les dunes de sable pétrifiées, et filer à l’écart…

Kanab, la nouvelle vague

Vous connaissez probablement The Wave, peut-être même sans le savoir, tant les photos de cet endroit extraterrestre sont populaires: une roche rouge et crème, avec des ondulations et des courbes extraordinaires. Mais la vague est depuis longtemps victime de son succès, à tel point que seules vingt personnes sont autorisées à s’y rendre chaque jour, uniquement par tirage au sort. Il existe désormais un lot de consolation, situé à quelques kilomètres seulement: les White Pockets, aux apparences géologiques totalement similaires. L’excursion est cependant inaccessible en solo, en raison d’une piste ensablée très peu entretenue. Les opérateurs s’y rendent en gros 4x4 ou en Hummer. Notre choix: Forever Adventure Tours, bien au-dessus de la concurrence.

Lire également: Osaka, Epicure version japonaise

L’Utah vous laisse le choix: la découvrir en restant sur les routes, qui servent un peu de cordon ombilical à ceux qui veulent rester dans les clous. Ou alors embrasser son authenticité à pleine bouche, comme nous suppliait Edward Abbey, la figure tutélaire de l’écologie radicale, dans son ouvrage culte Désert Solitaire: «Vous devez sortir de votre foutue voiture et marcher, ou mieux encore ramper, à travers les buissons épineux et entre les cactus.» Une poésie hardcore qui prêche l’union avec les éléments, mais il n’y a pas besoin d’aller jusqu’au sang pour se rendre compte qu’ici, la nature n’a pas repris ses droits. C’est juste qu’elle ne les a jamais lâchés.


Y aller

Zion Canyon et Bryce Canyon se trouvent à quelques heures de route de Las Vegas. Vol quotidien par Swiss via Zurich

Y manger

King’s Landing Bistro: l’une des meilleures tables de Springdale. Le chef King a quitté le Bellagio Las Vegas pour s’y installer et proposer sa cuisine semi-gastronomique de saison. Bon choix de vins et de cocktails, agréable terrasse extérieure qui donne sur les roches rouges de Zion. 

Stone Hearth Grille: situé dans le village de Tropic, sur la Highway 12, à 20 km de Bryce Canyon City. La meilleure table de la région: bistro américain raffiné, bon choix de vins, terrasse extérieure avec vues magnifiques sur les falaises de roche rouge. 

Y dormir

Cliffrose Lodge and Gardens: plusieurs bâtiments à 2 niveaux situés à proximité immédiate de l’entrée ouest du parc de Zion à Springdale. Idéal pour les familles: grandes suites, cuisine équipée, piscine et plage de sable aménagée sur les rives de la Virgin River. 

Cable Mountain Lodge: l’hôtel le plus proche de l’entrée du parc de Zion à Springdale est aussi l’un des plus haut de gamme (parfait pour les couples). Suites et studios très spacieux, particulièrement bien aménagés. Piscine, jacuzzi, et bientôt spa avec massages. 

BW Bryce Canyon Grand: le meilleur confort à proximité immédiate de l’entrée du parc de Bryce Canyon. Chambres spacieuses, aménagement contemporain, suites, piscine extérieure et bain bouillonnant. 

A savoir

Les parcs de l’Utah, comme ceux du reste des Etats-Unis, sont très fréquentés l’été. Mais à la différence des géants Yellowstone ou Yosemite, ils sont ouverts douze mois sur douze et offrent une qualité de voyage inédite hors saison. Les prix sont ainsi bien mois élevés l’hiver, sans parler de la fréquentation très à la baisse.

Publicité