Rhabillé pour l’été (5/7)

Le maillot de bain, tout ou ne rien dévoiler

Pendant l’été, «Le Temps» raconte l’histoire 
de ces accessoires de mode qui font les joies de la belle saison

Gloser sur le maillot de bain pour une série d’été, c’est dans le fond très banal. Mais l’idée qu’un jour l’animal humain se trempe dans l’eau par pur plaisir l’est déjà beaucoup moins. Au milieu du XIXe siècle, l’hygiénisme préconise de fuir la crasse des cités. C’est le grand retour à la nature et la découverte du bon air marin. Reste à savoir comment faire des vagues sans finir dans les flammes de l’enfer. Les mœurs imposent que les hommes ne dévoilent pas leur torse tandis que la pudeur chez les femmes s’arrête à leurs genoux. On va donc à la mer habillé comme pour l’hiver. Les premiers batifolent en costume complet, tandis que les secondes se baignent en corset et pantalon bouffant. Inutile de dire qu’on ne s’éloigne pas du bord: cette population qui prend les eaux sait rarement nager.

Bombe anatomique

La révolution vient dans les années 1930. Coco Chanel, qui a déjà libéré les femmes du corset, met le bronzage à la mode. Les corps se dénudent. Les bras, les jambes, les épaules: on reste dans la bienséance. L’idée du maillot deux pièces apparaît dans la foulée. Mais c’est en 1946 que le Parisien Louis Réard lance le bikini, costume minimum dont le nom fait référence à l’atoll du Pacifique où les Etats-Unis viennent de faire exploser une charge nucléaire. On sait depuis la découverte en 1929 des mosaïques de la villa romaine du Casale, en Sicile, que les Romaines de l’Antiquité s’ébattaient dans les mêmes appareils. Mais les autorités morales et religieuses s’étranglent devant ces tout petits morceaux de tissu qui tiennent dans une boîte d’allumettes. «La première bombe anatomique» est interdite partout; les années 1960, qui vont libérer les sexes et finir par presque tout enlever – l’Autrichien Rudi Gernreich invente le monokini, qui dévoile les seins –, la réveillent. Grâce aux stars du cinéma, le bikini cartonne, Dalida et Richard Anthony chantent sa gloire et le monde entier devient glamour.

Retour à l’ordre

Et puis au XXIe siècle tout change. Le soleil qui cogne, les cancers de la peau, les questions liées au genre et à la religion vont bientôt faire des vagues au bord des piscines et sur les plages. T-shirt anti-UV, jammer (caleçon long et moulant), burkini et robe de bain quasi intégrale (très prisée des Asiatiques) font que les corps désormais se recouvrent pour aller dans l’eau. Ce rappel à l’ordre climatique et pudique inspire la mode qui retrouve assez de tissu pour laisser aller sa créativité. Sans pour autant revenir au maillot en laine tricotée des années 1930. Depuis quelques années, c’est le crépon qui a les faveurs des fashion designers, la matière permettant des effets graphiques aux accents parfois délicieusement vintage.

Lire aussi: Le nudisme agonise en ex-Allemagne de l’Est


Quelques notions liées

1946

Louis Réard, qui tient une boutique de lingerie à Paris, invente le bikini. Jugé obscène, 
le maillot mini est 
censuré sur toutes 
les plages 
d’Europe. Il devra attendre la libération sexuelle des années 1960 pour s’imposer.

Antiquité

En 1929, l’archéologue italien redécouvre 
la villa romaine du Casale, près de Piazza Armerina en Sicile. 
Il met alors au jour de nombreuses mosaïques du IIIe siècle dont celles de «La chambre 
des jeunes filles 
en bikini», sur lesquelles dix femmes s’adonnent à des pratiques 
sportives vêtues 
de maillots deux pièces.

Une pièce

A l’origine créé pour 
la natation sportive féminine, le maillot 
une pièce trouve 
rapidement le chemin des plages. 
Produit de haute 
technologie qui doit 
coller à la peau, 
son principe couvrant autorise davantage 
de fantaisie design 
que le string.

Hygiénisme

Au milieu du XIXe siècle, la médecine s’inquiète de la santé des 
habitants des villes que la révolution industrielle a rendues insalubres, propices aux 
maladies et aux 
comportements 
antisociaux. 
Elle recommande 
à la population de s’égayer au grand air 
et d’aller à la mer. 
De là naîtra aussi 
le naturisme, 
qui prône une hygiène de vie débarrassée des contingences néfastes de la modernité.


Nos plus vifs remerciements 
aux magasins Bongénie.

Publicité