A l’ère du selfie, la dimension identitaire du vêtement est plus forte que jamais. Que porter, et pour dire quoi de soi, telle que la question qui traverse l’exposition «Pour la galerie. Mode et portrait», dès le 17 septembre au Musée d’art et d’histoire de Genève.

Retrouvez notre série d’articles (PDF).

Alors que nos vies défilaient à mille à l’heure, nous avons été forcés de ralentir, assigné à résidence. Les rues se sont vidées, les magasins ont tiré leurs rideaux, mais, pour autant, l’industrie de la mode ne s’est pas arrêtée de tourner, bien au contraire. Avides de consommation, nous avons frénétiquement acheté en ligne et multiplié les essayages à domicile. Mais d’où vient ce sentiment d’urgence dans la consommation de vêtements? Quel lien entre production industrielle et temporalité? Regardons dans l’histoire.