Design

Le manga en état de siège

Le studio de design japonais Nendo présente à Milan ses 50 chaises inspirées par la BD japonaise

Il a choisi un surnom malléable, un sobriquet de Barbapapa. Pour le design, Oki Sato s’appelle donc Nendo, mot qui signifie «pâte à modeler» dans la langue des shoguns. Une manière d’annoncer qu’en matière de forme ce Japonais né à Toronto il y a 39 ans s’adapte à toutes les situations mais en respectant sa furieuse indépendance. A la foire du meuble de Milan cette année, il présente une drôle de collection de chaises. 50 pièces en acier poli qui godillent, vibrent et explosent et dont le design graphique a été inspiré à son auteur par les lignes dynamiques de la traditionnelle bande dessinée noir et blanc japonaise. «Les mangas consistent en des séries de cases qui se déroulent en séquences, explique le designer au blog Dezeen. De la même manière, chacune de ces chaises est l’élément d’une grille qui mise ensemble raconte une histoire.» Des chaises à la fois meubles utilitaires et sculptures dont la surface traitée en fini miroir fragmente l’espace et augmente cet effet composite de la page de BD. «L’environnement se réfléchit dans ces chaises, comme le manga est lui aussi, en quelque sorte, un reflet du monde.»

Oki Sato s’est d’ailleurs fait une spécialité de ces projets d’envergure, à la marge entre plusieurs cultures, mais toujours motivé par un souci d’épure. En 2015, déjà dans la capitale lombarde, il exposait les 100 objets qu’il avait produits dans le courant de l’année pour 19 marques différentes. Il y avait là la collection Float produite pour Moroso, des chaises et des tabourets auxquels il manquait parfois les pieds, donnant ainsi la sensation de flotter dans les airs et Soft Light, ensemble de tables d’appoint en verre dont les arêtes colorées accentuaient le côté très graphique de ces objets.

Des lunettes et des niches

Alors oui, le designer est boulimique et le revendique. Ne raconte-t-il pas que lui et son studio de 30 personnes bossent sur 400 projets en même temps? Lunettes, niches pour chiens, montres, architecture de boutique, glace (pour Häagen-Dazs), canette de bière, bouteille de parfum (pour Kenzo)… en bon designer industriel, Nendo touche absolument à tout. Même à Star Wars qui lui a inspiré des petits bijoux tout ronds, tout mignons mais uniquement destinés au marché nippon. Créateur de l’année 2015 au salon parisien Maison & Objet, à l’aise aussi bien avec le design de masse qu’avec l’objet de galerie (ses 50 chaises mangas sont éditées par la galerie new-yorkaise Friedman Benda), il présente à Milan cette année son H-horse. Un cheval à bascule minimaliste et transparent créé pour la marque italienne Kartell, le spécialiste des meubles en plastique. Un jouet chic qui consiste en un ruban de résine qui s’enroule dont le profil en «H» vient des poutres en acier utilisées dans la construction. L’architecture justement. C’est le nouveau défi d’Oki Sato qui, après l’aménagement de boutique, se lance dans le développement d’ensemble bâti entier. Depuis l’année dernière, le studio planche sur une gare, avec parc et café, située dans la banlieue de Kyoto. Le monde est Nendo.


A voir

Les «50 Manga Chairs» sont exposées à Milan par la Friedman Benda Gallery de New York à la Facoltà Teologica dell’Italia Settentrionale, Piazza Paolo VI 6, jusqu’au 17 avril. www.friedmanbenda.com

A consulter

Le site du designer, www.nendo.jp

Publicité