Un jour, une idée

La Marelle lausannoise, ce royaume du beau jouet

En contrebas de la cathédrale, une petite boutique propose une multitude de jouets, essentiellement en bois. Avec les conseils avisés de son propriétaire

C’est une caverne d’Ali Baba, la lumière en plus. Son entrée est signalée par une montgolfière, une petite collection de boîtes à musique et une chaise longue rouge. La Marelle, en dessous de la cathédrale de Lausanne, est un univers enchanteur. Une fois le seuil franchi, on se retrouve face à un monocycle, un petit théâtre de marionnettes, des jeux de société, des cartables en cuir, des déguisements, des échasses et, dans la pièce du fond, des peluches et des maisons de poupées…

On se fait une petite régression?

On ne peut pas s’empêcher de jouer avec un magnifique toboggan à billes en bois. Petite régression… «Quand ils jouent, les adultes disent qu’ils régressent, mais moi je dis qu’ils progressent», intervient Samuel Saffore, maître des lieux. «Au temps des Grecs ou des Romains, c’était les adultes qui jouaient. Prenez la toupie. On est centré sur ce qu’on fait… Pour le geste et l’esprit, c’est magnifique.»

Lire aussi: Cadeaux souvenirs (02.12.2012)

Samuel Saffore a repris cette petite boutique il y a huit ans. Auparavant, il a travaillé plus de dix ans dans l’industrie de jouets, pour un gros importateur. Il a claqué la porte quand les jouets de masse ont remplacé les objets de qualité. Car le propriétaire a une haute opinion du jouet. Et de l’enfant: «Pour moi, le plus important est qu’un jouet lui permette de développer sa personnalité et de s’épanouir. Il ne lui sert pas à apprendre quelque chose, mais à révéler qui il sera plus tard. C’est un peu à contre-courant de cette idée du jouet éducatif.»

Il connaît aussi bien les enfants. Il en a lui même deux, de trois et six ans. Les clients ne s’y trompent pas et lui demandent systématiquement conseil. Ils cherchent un cadeau pour une fille de deux ans, un garçon de six… A chacun, le propriétaire montre une série de jouets, en commençant par des petits prix, autour de 20 francs. On peut en acheter de beaux, à prix modestes, même si les montants peuvent prendre l’ascenseur pour d’autres. Mais de tous, Samuel Saffore parle avec passion, citant leur provenance, des anecdotes, l’usage que peut en faire l’enfant…

Ni parfums, ni conservateurs

Son coup de cœur? Il se décide pour des blocs rectangulaires de cire colorée. «C’est un jouet que l’enfant peut tenir comme il veut. Il est sain, puisqu’il n’est pas parfumé et ne contient pas de conservateurs. Dessiner peut devenir une véritable expérimentation gestuelle et corporelle et ça permet davantage à l’enfant de se construire que des albums de coloriage.»

La Marelle, 5, rue de la Mercerie, Lausanne, lu-ve 10h-18h30, sa 10-18h, tél. 021 312 07 10

Publicité