Un jour, une idée

Du Maroc au Japon, les foulards fantaisie de Luna Ribes

Jeune «fashion designer», la Vaudoise a lancé sa marque à 22 ans. En soie de Côme, les foulards rectangulaires se déclinent en quatre tailles et s’articulent autour d’une vingtaine d’imprimés

Petit bout de femme de 23 ans, Luna Ribes est à la tête de la marque de foulards de luxe du même nom depuis la fin de 2016. Tandis que cinq nouveaux modèles viennent de compléter sa collection, elle a créé une ceinture et lancé une gamme de bijoux. «Je suis une passionnée des accessoires», avoue-t-elle de sa douce voix.

Alors étudiante aux Beaux-Arts de Milan en dessin de mode, elle développe un projet autour des foulards pour son travail de bachelor. Son obsession pour les étoffes ne la quittera plus. Après des stages chez Chanel et dans un atelier de design à Paris, elle se jette à l’eau de retour au bord du Léman.

L’entrepreneuse travaille seule: «Il a fallu chercher des entreprises pour fabriquer les foulards, contrôler la production, la distribution. Heureusement, mon frère m’a aidée pour organiser les shootings, créer le logo et le site internet.» Jusqu’à présent, elle a eu de la chance: les magasins partenaires lui font confiance. Présente dans plusieurs boutiques en Suisse romande, elle figure aussi au Musée de design et d’arts appliqués contemporains de Lausanne ou encore à Hôtel Park Gstaad.

Raconter des histoires

Artiste dans l’âme, Luna imagine tous ses motifs. «Je les peins dans mon atelier. Je mixe les techniques, tantôt acrylique, écoline, aquarelle ou crayon.» Tout cela en s’inspirant de ses voyages. «J’avais envie de raconter des histoires. Ces foulards, ce sont comme de grands tableaux.»

Pour sa nouvelle sortie, les imprimés toujours colorés, parfois clichés «assumés», porteront sur les sushis et les sumos japonais, les poupées russes et les mosaïques marocaines (premier «carré» de la marque), entre autres. Tous les foulards sont fabriqués à Côme, qui regorge de soieries d’exception. «Ce sont les meilleurs en impression sur textile.»

Si les plus grands modèles (1,8 x 2m) se nouent volontiers en paréo l’été venu, les foulards de Luna Ribes se portent autour du cou, dans les cheveux, comme ceinture ou en étole. Les prix varient, eux, entre 289 et 590 francs, selon la taille et la matière (soie ou cachemire).


Les foulards Luna Ribes

Publicité