escapade

A Megève, la montagne magique

Le Four Seasons Hotel Megève ouvrait ses portes l’année dernière. Propriété du groupe Edmond de Rothschild, l’établissement culmine au sommet du luxe

C’est du rêve à portée de voiture. Une adresse à une petite heure de Genève qui offre un luxe inouï. Avec ses 55 chambres et suites meublées avec du design pointu – visez la table Saarinen et son plateau en marbre couleur expresso –, le Four Seasons Hotel Megève culmine au sommet du service cinq étoiles.

Ceux qui la connaissent bien le savent: la station de Haute-Savoie n’est pas forcément réputée pour l’immensité de son domaine skiable, mais pour cet art de vivre qui fait que ses visiteurs passent parfois plus de temps sur les terrasses du village que sur ses pistes. Son histoire reste en cela indissociable de la famille Rothschild. C’est elle qui, la première, va saisir le potentiel touristique de la région en découvrant il y a un peu plus de cent ans les beautés du Mont d’Arbois.

Ferme moderne

En 1920, la baronne Noémie de Rothschild se lance dans un projet d’hôtel, golf compris. Elle en confie la construction à Henry Jacques Le Même, jeune architecte parisien qui a fui la frénésie de la capitale pour la tranquillité des sommets. Inspirée de la ferme savoyarde, à laquelle il adjoint tous les agréments du confort moderne, son architecture plaît. Au point que son style va essaimer un peu partout dans la vallée. Et faire de ce bout de Haute-Savoie un coin chic où vont se précipiter les stars et les têtes couronnées.

En plus de l’historique Chalet du Mont d’Arbois (en ce moment en rénovation), l’Edmond de Rothschild Heritage, qui veille à préserver l’esprit et le patrimoine de son fondateur, mais aussi à stimuler des projets dans les domaines du vin, de la gastronomie, de l’agriculture et de l’hôtellerie, entreprenait il y a deux ans la construction d’un nouvel établissement.

Associé au groupe Four Seasons qui en assure la gestion, le Four Seasons Hotel Megève ouvrait en décembre 2017 en ayant impliqué un maximum d’entreprises de la région. «Notre longue histoire à Megève nous a toujours poussés à nous engager pour développer davantage le village, explique Ariane de Rothschild, qui dirige le groupe Edmond de Rothschild. Nous sommes ravis de former ce partenariat pour apporter une nouvelle dimension à cette station d’hiver emblématique.» Pour la chaîne d’hôtels de luxe plutôt habituée aux destinations balnéaires et urbaines, cette installation en montagne est aussi sa première expérience en altitude.

L’art des cimes

Au niveau du plan, l’hôtel est constitué d’un ensemble de bâtiments réunis en un seul par Bruno Legrand. A l’intérieur, l’architecte et le décorateur Pierre-Yves Rochon n’ont pas cherché à recréer l’ambiance typique du chalet d’alpage, mais ne se sont pas non plus orientés vers un décalage radicalement contemporain. Ici, c’est bien sûr la loi des cheminées et du bois. Mais habillé dans un esprit graphique inspiré de l’Art déco qui apporte cette touche d’hyper-élégance à la française. Comme ces fauteuils du lobby recouverts de tissu très années 1930. Ou encore le comptoir de la réception, évocation d’un paysage glaciaire gravé par le verrier contemporain Gilles Chabrier.

Découvrez l’univers de l’écrivain Paolo Cognetti: La montagne où fuir le monde

L’art, c’est l’autre originalité de l’établissement. C’est aussi la grande passion d’Ariane de Rothschild, qui s’est largement impliquée dans la décoration de cette maison, pensée comme une exposition. Dehors, une immense sculpture en acier Corten du designer Arik Levy accueille le voyageur. Dedans, ce sont les œuvres tirées de la collection personnelle de la propriétaire des lieux qui rythment les espaces de circulation. A la manière des tableaux-objets aux inspirations africaines et asiatiques de Thierry Bruet, qui donnent un ton fusion à l’établissement.

Un homard sur le pouce

Un métissage qui se retrouve dans ses restaurants. Au Kaito, notamment, qui opère le mariage culinaire entre les gastronomies péruvienne et japonaise – cette fameuse cuisine nikkei –, mais aussi avec les spécialités du cru. La carte opère ce mélange exotique qui voit le ceviche de poisson blanc, jalapeño et lait de tigre copiner avec un reblochon «Kaito Style» accompagné de sa confiture de myrtilles et un sublime canard laqué avec ses crêpes et sa sauce hoisin lancer des œillades à un bœuf Black Angus en tagliata. Tandis que Le 1920, table gastronomique que tient le tout jeune chef doublement étoilé Julien Gatillon – formé par Philippe Rochat et Benoît Viollier au restaurant de l’Hôtel de Ville de Crissier –, se dédie à la grande tradition culinaire hexagonale.

A lire aussi: A Megève, Julien Gatillon ouvre la piste

Une petite faim? Au Bar Edmond, on déguste sur le pouce un homard grillé sauce Bagna Cauda, un burger savoyard ou cet incroyable jambon ibérique Bellota-Bellota servi les tranches déployées en éventail sur un cône en céramique chauffé par une bougie qui les fait doucement suinter. Derrière un sublime bar en tube pyrex illuminé de partout, la mixologue en chef Mélissa a conçu les 15 cocktails de la carte avec, parfois, un clin d’œil au terroir local.

Chiens de traîneau

La détente et le bien-être s’organisent autour d’un spa de 900 m2 avec six salles de soins, une cabine VIP, une piscine intérieure qui s’ouvre vers l’extérieur et un aménagement blanc (cuir, marbre et fourrure) qui rappelle qu’ici en hiver les cimes s’enneigent. L’hiver justement. A Megève, c’est le ski qui fait tourner l’économie. L’établissement possède donc son musher attitré qui vous emmène avec son traîneau et ses chiens jusqu’aux pistes, à quelques centaines de mètres de l’entrée. Le Four Seasons Hotel Megève ambitionne désormais de construire sa propre installation de remontées mécaniques pour permettre à ses clients de rejoindre le domaine skiable quasiment en sortant de leur chambre.

Les adeptes de glisse qui voudraient filer tout schuss sur les autres domaines du Mont-Blanc (Courchevel, Flaine, Courmayeur, Val-d’Isère) peuvent prendre l’hélicoptère. Le programme Ski Safari les dépose où ils veulent sur les plus beaux sites de l’or blanc.

Reste qu’avec des étés qui se prolongent jusqu’en octobre, la belle saison est devenue une période stratégique pour les stations de montagne. Randonnées en VTT électrique, pêches à la mouche, flâneries en ballon à air chaud, sorties en quad: l’hôtel s’adapte pour que ses clients profitent du cirque alpin jusque tard dans l’année. Et pourquoi pas en famille? Le Four Seasons Hotel Megève insiste beaucoup sur les activités spécialement composées pour ses plus jeunes clients avec son Royaume des enfants où règnent jeux et peluches sous la bonne garde de sa puéricultrice maison. Il y a surtout la Teen Zone, salle de jeux vidéo avec borne d’arcade, platine de DJ, salle de cinéma et tout ce sur quoi un ado peut fantasmer. Du rêve à portée de voiture on vous dit.

Publicité