Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L'exposition ECAL Graphic Design présente des travaux des étudiants en Bachelor Design Graphique et Master Art Direction
© mexico design week

Festival

Au Mexique, le design helvétique se remixe

La Suisse était l’invitée d’honneur de la Design Week de Mexico, organisée en octobre dernier. L’occasion pour l’ambassade de Suisse au Mexique de montrer un autre visage de notre pays

Pour une fois, personne n’a évoqué les habituels clichés. Aucune allusion au chocolat ou aux sommets enneigés, aucune remarque désobligeante sur les banques. Là-bas, sous le soleil, il était surtout question d’efficacité, de précision, ou d’intemporalité, toutes ces caractéristiques qui font la gloire de la Suisse en matière de design industriel. La Suisse, pays invité de la semaine du design de Mexico 2017, qui s’est tenue du 11 au 15 octobre. Un événement de premier plan pour l’ambassade de Suisse au Mexique, qui s’efforce depuis plusieurs années de relayer l’image d’un pays «ouvert sur le monde, innovant, créatif et culturellement attractif. Le design helvétique, comme l’architecture helvétique, c’est tout cela. Et il permet de provoquer des rencontres intéressantes entre représentants des deux pays, d’enrichir le dialogue», se réjouit Daniel Zulauf, chef de mission adjoint de l’ambassade.

Mini-festival

La Suisse et le Mexique – qui ont célébré l’année passée leurs 70 ans de relations diplomatiques – n’ont bien sûr pas attendu cet événement pour tisser des liens dans le champ du design. En 1938 déjà, l’architecte suisse alémanique Hannes Meyer, ex-directeur de l’école Bauhaus de Dessau-Rosslau, émigrait au Mexique, où il a dirigé l’Institut d’urbanisme avant de prendre la tête d’Estampa Mexicana, la maison d’édition de l’Atelier populaire des arts graphiques. Plus proche de nous, le designer romand Yves Béhar a dessiné en 2010 des lunettes distribuées gratuitement par le gouvernement mexicain à des enfants souffrant de troubles oculaires.

Lire aussi: Inga Sempé: «Le design n’est pas une qualité, c’est une discipline»

Capitalisant sur ce passé commun, l’ambassade de Suisse au Mexique a imaginé un ambitieux programme de promotion du design helvétique qui s’étendra jusqu’en 2018, année où Mexico deviendra la capitale mondiale du design. Baptisé Swiss Design Mexico (SDM), cette sorte de mini-festival a mis les échanges interculturels en majesté, permettant notamment à de jeunes designers suisses de s’immerger pendant plusieurs semaines dans la réalité des artisans mexicains d’Oaxaca (lire page 36). D’autres ont pu participer à «Vision et tradition», une collaboration avec des artisans mexicains de l’Etat de Puebla. «Travailler ensemble pour créer un objet facilite l’établissement d’un dialogue», explique Francisco Torres, attaché aux affaires de design de l’ambassade de Suisse au Mexique et responsable de SDM.

L’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL), qui était également de la partie avec deux expositions organisées au Centre de culture digitale de Mexico. Mention spéciale pour Next Eleven Paper, le projet de bachelor du Mexicain Giacomo Bastianelli, un journal de réalité augmentée proposant une réflexion inattendue sur le développement la musique underground dans les pays émergeants. «Etre présent dans ce type de manifestation, à l’autre bout du monde, est extrêmement important. Cela permet bien sûr de faire connaître l’école, mais aussi de renforcer et de clarifier l’identité de la Suisse en tant que nation de design», observe Alexis Georgacopoulos, directeur de l’ECAL.

Lire également: A Milan, les écoles romandes d'art jouent avec le design

Swiss-mex

Au Musée d’art moderne, splendide bâtiment conçu par l'architecte Pedro Ramirez Vazquez, place au plat de résistance de SDM. 100 ans de design suisse, impressionnante plongée dans le quotidien de la société suisse à travers 230 objets à la fois intemporels et d’une redoutable efficacité: téléphones, épluche-patates, machines à écrire, articles de sport, skis, chaises, tables ou affiches graphiques. «Il était question de montrer des objets utilitaires et non des grands designers. Nous voulions que cette exposition s’adresse à tous», souligne Francisco Torres, le curateur.

Organisée jusqu’au 25 février 2018, 100 ans de design suisse est basée sur une exposition du même nom organisée en 2014 au Museum für Gestaltung à Zurich. Pour autant, elle ne la copie pas. Elle se l’approprie pour l’adapter au public mexicain. Certains classiques du design helvétique ont ainsi été choisis pour faire écho à la culture locale, comme la chaise spaghetti de Huldreich Altorfer (1948), fausse cousine de la célèbre «Acapulco» mexicaine. «Contrairement aux apparences, les designs suisse et mexicain partagent plusieurs points communs, comme la passion pour les traditions, qu'il s'agisse d'artisanat ou d'objets quotidiens», développe Francisco Torres. Le point d’orgue de l’exposition? Le chapitre Swiss-mex, une série d’objets faisant fusionner le design des deux pays. Comme ce couteau suisse Victorinox orné de personnages folkloriques du Mexique. Ou comment cumuler les clichés pour mieux les déjouer.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a