Fashion week

Mode à Milan: tissus recyclés chez Armani, vieux métiers chez D&G

Dolce & Gabbana a rendu hommage aux vieux métiers samedi au deuxième jour de la Fashion week de Milan, tandis que Giorgio Armani proposait une collection en tissus recylés pour sa ligne Emporio, témoignant d'une tendance de plus en forte dans le monde de la mode.

«Il faut sauvegarder le monde et la vie des futures générations», a expliqué le vétéran de la mode italienne Giorgio Armani devant la presse. «Parfois, l'industrie peut être très nocive pour la terre sur laquelle nous vivons. Nous cherchons à résoudre le problème en trouvant un équilibre entre les exigences industrielles et celle de respirer», a souligné le créateur de 85 ans.

Très jeune et moderne, sa capsule est baptisée R-EA pour «Recycling-Emporio Armani». Tout en noire avec le logo s'affichant en blanc, elle se décline sous le slogan: «I'm saying yes to recycling» («Je dis oui au recyclage»).

Cette collection mixte, très orientée sportswear et jouant sur les volumes, est faite à partir des matériaux recyclés, de laine et de denim regénérés et de coton biologique.

Marquant «le début d'un discours», elle sera prolongée, a précisé Giorgio Armani, parallèlement à une action visant à créer «des vêtements toujours plus recyclables».

Cette tendance à développer des collections plus respectueuses de l'environnement est de plus en plus prégnante dans le monde de la mode. Vendredi soir, 50% de la collection présentée par la maison italienne Ermenegildo Zegna était ainsi composée de tissus recyclés. La mode est une des industries les plus polluantes: elle est responsable de 20% des rejets d'eaux usées et de 10% des émissions de CO2 dans le monde.

En août, en amont du G7, 32 grands groupes du textile (Adidas, Capri Holdings, H&M, Gap, Kering, Nike, Prada...) avaient lancé une coalition pour réduire leur impact environnemental basée sur le volontariat, mais cette initiative avait été accueillie avec scepticisme par certaines ONG qui estiment qu'il faudrait revoir de manière globale le modèle de ce secteur.

Les vieux métiers vus par Dolce et Gabbana

De son côté, sur fond de photos en noir et blanc, le duo sicilien Domenico Dolce et Stefano Gabbana a offert aux fashionistas une plongée dans le monde des vieux métiers, du vannier au barbier, en passant par le berger, faisant même défiler un agneau dans les bras d'un mannequin.

L'hiver prochain, l'homme D&G, loin de l'excentricité de précédentes collections, revient aux sources, au terroir. Il porte des énormes pulls et écharpes en laine, des manteaux de berger à bouclettes, des vestes et pantalons en gros velours côtelé, ou en prince de galles.

Pour tenter de faire découvrir à la jeune génération ces métiers d'autrefois, D&G avait invité des stars de TikTok, une application mobile très populaire de partage de vidéos où les utilisateurs se filment réalisant des sketchs, chantant en playback ou dansant sur fond de musique.

Parmi les accessoires, le béret apparaît comme un indispensable chez D&G pour l'hiver prochain, tout comme il l'était chez Zegna la veille au soir ou chez N°21. Samedi matin, la maison italienne a présenté une collection élégante souhaitant véhiculer «un nouvel érotisme naturel» selon les mots de son directeur artistique Alessandro dell'Acqua, comme avec ces pulls qui laissent le dos complètement découvert. Les formes et tissus se veulent hybrides, et se déclinent majoritairement dans des teintes camel, grises ou kaki, avec pendant des pantalons deux longs galons.

La semaine de la mode hommes de Milan, qui s'est ouverte vendredi soir, se terminera mardi midi avec le poids-lourd Gucci, avant de passer le relais à Paris. Au programme de dimanche figurent notamment des défilés des maisons italiennes Salvatore Ferragamo et Prada.

Publicité