La mode suit notre cadence. Avènement du streetwear, mode connectée, et maintenant ce qu’on appelle safety fashion. L’obligation du port du masque pousse les noms de la fashion sphère à repenser leur collection, comme cette pièce qui vient de voir le jour de l’autre côté des Alpes. Vincenzo Ulturale, digne descendant d’une famille napolitaine spécialisée dans la fabrication artisanale de cravates depuis 1948, en a eu l’idée par hasard en arrivant à une réunion sans son masque. Amoureux de cet accessoire, il l’a donc décliné dans une version facilement transformable, dissimulant les élastiques pour les oreilles dans la partie plus fine de la bande de l’étoffe. Une solution toujours à portée de main pour protéger les voies respiratoires en cas de besoin, sans sacrifier l’élégance.

Quant on vous dit Naples vous pensez certainement à la cime du Vésuve, à une pizza aux bords moelleux, aux tours du Donjon angevin où à la crèche vivante de Noël. Il se trouve que ce chef-lieu de la Campanie détient également une longue tradition de couture grâce à laquelle Ulturale évolue, en compagnie de dignes concurrents, dans le secteur des cravates haut de gamme. «Nos pièces sont garanties 100% made in Italy, à partir du fil et de la soie utilisés jusqu’au produit fini. Tout est réalisé à la main avec un soin maniaque», nous précise fièrement le directeur commercial, Alberto Sciacqua, qui nous apprend au passage non seulement que la cravate a été inventée en Croatie, mais également que cet accessoire a lui aussi sa journée internationale, qui tombe justement le 18 octobre prochain.

Baptisé «Vattinn’», qui en dialecte napolitain veut dire «va-t’en», exprimant la volonté de «chasser» toute contagion éventuelle, et déjà protégé par un brevet international, le modèle a été lancé en trois versions: bleu clair, bleu marine et bordeaux. Pour les 30 autres coloris actuellement en production, les tonalités resteront dans la sobriété et un classicisme absolus, car si la mode regarde toujours devant elle, Ulturale reste accrochée à ses fondements.


Ulturale, cravate Vattinn’, 170 euros.