Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les membres de l'AJAR
© Pierre-Yves Massot / realeyes.ch

Chronique

Le monde selon l'AJAR: Tchaux business

Chaque semaine, le collectif de jeunes auteur-e-s romand-e-s AJAR imagine une actualité. Et si l’hôpital de La Chaux-de-Fonds était racheté par un entrepreneur chinois?

Le collectif de jeunes auteur-e-s romand-e-s AJAR écrit désormais une chronique pour «T», le magazine du Temps.

Pour en savoir plus: L’AJAR introduit la fake news dans le Temps

La saga de l’hôpital de La Chaux-de-Fonds est digne des séries Borgen ou House of Cards. Intrigues, rebondissements, trahisons, tous les ingrédients sont là. On se souvient des manigances politiques qui avaient mené à la fermeture de la maternité en 2008 et, plus récemment, de la féroce campagne ayant abouti au maintien de deux hôpitaux cantonaux.

Le dernier épisode en date n’est pas le moins croustillant. Après plusieurs mois de réflexion, le groupe de travail sur l’hôpital neuchâtelois vient d’annoncer avoir reçu une offre de rachat émanant d’un investisseur chinois, dont le nom est tenu secret. Plus surprenant, il recommandera au Conseil d’Etat d’accepter la proposition.

«C’est une excellente solution», réagit Patrick Motta, député PLR et président de la Commission Santé du Grand Conseil neuchâtelois. «L’hôpital de la Chaux-de-Fonds est délabré. Sa rénovation aurait été un gouffre financier, que nous ne devons pas imposer aux générations futures.» Son parti annonce qu’il soutiendra la mesure.

A l’autre bout de l’échiquier politique, la conseillère générale chaux-de-fonnière Regula Infantini s’étrangle: «Pas question de vendre un hôpital à peine sauvé du démantèlement à un requin qui licenciera tout le monde au premier déficit.» Son parti, le POP, a annoncé la tenue d’une grande manifestation samedi prochain sur la place Espacité.

Le «Swiss Made» a la cote 

Mais quel intérêt pousse un acteur de l’Empire du Milieu à vouloir mettre la main sur un centre de soins helvétique? «Comme dans l’horlogerie et le chocolat, le Swiss made a la cote en Chine», analyse Alain Roethlisberger, membre de la direction d’economiesuisse. «Dans un secteur de la santé en plein boom, certains veulent se profiler sur le marché intérieur en revendiquant le savoir-faire suisse, qui remonte à nos sanatoriums. Je pense que ce type d’acquisition va se multiplier.»

Une perspective qui réjouit le conseiller d’Etat Laurent Kurth. «Le canton de Neuchâtel se félicite de ces collaborations avec des représentants de l’économie chinoise. L’entreprise horlogère Corum est un parfait exemple de réussite et nous sommes convaincus que l’hôpital de La Chaux-de-Fonds en sera un autre.»

Quelles seraient les conséquences de cette éventuelle cession pour le personnel hospitalier? Le groupe de travail n’a pu s’exprimer, étant actuellement à Pékin pour découvrir les pratiques chinoises managériales. Quant aux syndicats, ils ont exclu le principe même d’un rachat, «sauf si celui-ci émane d’un pays scandinave progressiste», précise leur communiqué.

Micro-trottoir

Muriel, 62 ans, ergothérapeute à l’hôpital: «La rumeur court que nous allons être formées à l’acupuncture. Personnellement, j’ai peur des aiguilles.»

Kevin, 19 ans, étudiant en lettres: «C’est dur d’avoir un avis, je suis rarement malade.»

Ernesto, 35 ans, cadre bancaire. «Il faut absolument que l’hôpital reste ouvert. Je suis traité là-bas pour une addiction au bullshit

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a