Chronique horlogère

La montre qui dure mille ans

La UR-1001 d’Urwerk, sortie en 2012, possède une complication inédite qui permet à son utilisateur de voyager dans le temps. Jugez plutôt

«Massive», «compliquée», «démente», «imposante», «invraisemblable»… Personne ne reste indifférent au charme singulier de la UR-1001. Il suffit de se promener quelques minutes avec cette montre (en est-ce seulement une?) dans la salle de rédaction pour réaliser que les collègues ont même plutôt tendance à en ricaner. 

Pourtant, comme souvent, les apparences sont trompeuses. Malgré sa taille impressionnante, il ne faut pas prendre cette «Zeit Device» à la légère. Quelle autre montre peut en effet se vanter de proposer une complication permettant à son utilisateur de voyager dans le temps? 

Presque un demi-kilo de métal

Un mot d’abord sur son pedigree. Forgée en 2012 dans les fourneaux de la marque genevoise Urkerk, elle fait plus de 10 centimètres de longueur pour 6 de largeur et 2 d’épaisseur. Elle accuse 420 grammes sur la balance. Autrement dit, empilez trois iPhone récents dans votre main et vous aurez à peu près l’impression de tenir cette Urwerk.

A une différence près: les trois iPhone coûteront environ 253 fois moins cher que cette pièce qui s’échange tout de même à 380 000 francs. Cette brassée de chiffres aide à mieux comprendre pourquoi l’une de ses déclinaisons se prénomme joliment «Titan» (car elle n’a strictement rien à voir avec la fameuse marque de montre indienne).

«Complication satellite»

Déchiffrer l’heure sur cette «grand über complication» – c’est Urwerk qui le dit – se fait de manière tout à fait intuitive. Alors oui, le communiqué de presse évoque «une complication satellite avec heure vagabonde et minute rétrograde», fonctionnant grâce à «un carrousel rotatif central, porteur de trois satellites coniques marqués des index des heures». Mais cette description est aussi difficile à comprendre que l’heure est facile à lire une fois la pièce en main.

Idem pour la date, qui s’inscrit dans la même logique que le «carrousel rotatif» évoqué plus haut. Pratique: le calibre reste à jour même si le mois a la mauvaise idée de ne compter que 30 jours. On passe rapidement sur le traditionnel indicateur jour/nuit et la réserve de marche, plutôt classiques.

Siècles et millénaires

Au dos de la pièce, derrière un petit clapet, les choses sérieuses commencent. Grâce à deux petites échelles qui ne payent pas de mine, la UR-1001 décompte les siècles et les millénaires. Le premier avance d’une tranche tous les cinq ans. Et celui de mille ans progresse petit à petit le long de son échelle de 3 centimètres. Rien que ça.

Martin Frei, l’un des facétieux cofondateurs d’Urwerk, commence par apporter une précision tout à fait primordiale. Comme son nom l’indique, la montre mesure 1001 années et pas juste un millénaire. Noté. Mais, surtout, il met en avant une autre utilité à cette complication: «C’est une manière de se demander si le temps évolue de la même façon lorsque l’on ne voit pas les aiguilles bouger, mais que l’on sait qu’elles bougent.»

Vertige temporel

Certes, on attend d’une montre mécanique suisse qu’elle dure plusieurs (dizaines d') années, mais, avec cette UR-1001, on change carrément de dimension. A une époque où les iPhone évoqués plus haut tiendront maximum mille jours – à condition d’en prendre grand soin –, serrer dans le creux de sa main un appareil mécanique capable de mesurer des tranches de mille ans génère un certain vertige.

Cet objet horloger non identifié perd le statut de montre et devient alors un véritable témoin de notre époque destiné à traverser les siècles. Qui maniera cette pièce quand l’aiguille sera sur 500? Où sera-t-elle lorsqu’elle franchira la barre des 1000 ans?

Une fois que l’on présente la UR-1001 sous cet angle, plus aucun collègue ne ricane.


Spécificités

Marque: Urwerk

Collection: Projets spéciaux

Nom complet: UR-1001 Titan (avec bracelet)

Diamètre: 106 mm X 62 mm X 23 mm

Boîtier: Acier traité ALTIN (aluminium, titane, nitrure)

Calibre: UR-10.01, mécanique à remontage manuel

Réserve de marche: 39 heures

Etanchéité: 30 mètres

Prix: 380 000 francs

Publicité