Le ciel est clair, débarrassé de ses habituelles traînées blanches. Sur le tarmac, les carlingues patientent sagement en attendant des jours meilleurs. Aujourd’hui encore, l’activité sera réduite à l’essentiel dans les aéroports, les pilotes resteront pour la plupart au sol. Une situation «particulière» qui n’empêche pas les horlogers de continuer à enrichir leurs collections de montres d’aviateur. Grâce à ce style qui s’adresse au héros courageux qui sommeille en nous, ils nous permettent de rêver à d’autres horizons comme de célébrer notre goût pour les sensations fortes. Pour plusieurs marques, la montre de pilote reste une valeur sûre, déclinée chaque année en une pléiade de modèles obéissant à des codes spécifiques qui en appellent à l’histoire. Parfois ornée d’une flèche indiquant le nord, de chiffres arabes, d’aiguilles et d’index luminescents, elle est le plus souvent d’un très grand diamètre et flanquée d’une couronne volumineuse pour être facilement manipulée dans toutes les situations.

Lire aussi: L’art réveille les montres