A moins d’avoir cherché à travailler son style avec un sens aigu de la singularité, c’était impensable il y a encore quelques années. Porter une montre de luxe au cadran jaune? Une excentricité. Choisir un boîtier vert? Une curieuse idée. Et encore, fallait-il être en mesure de mettre la main sur la teinte convoitée. Car pendant longtemps, l’usage de la couleur est resté l’apanage des modèles d’entrée de gamme. Swatch en a d’ailleurs fait l’une des clés de son succès, déclinant avec audace un côté pop et fun, sans doute trop ludique pour les acteurs de la belle horlogerie qui ont mis du temps à se mettre au diapason de la couleur. Le précieux rimait avec le sérieux au gré d’une esthétique se résumant souvent à un boîtier en or ou en acier, au blanc ou au noir, éventuellement à l’argenté sur le cadran et, pour prolonger l’ensemble, à un bracelet en cuir, noir ou brun de préférence. Les canons du classicisme ont aujourd’hui plié, l’horlogerie mécanique ose la couleur. Le bleu rafle tous les suffrages, le vert se fraie un chemin vers le succès. Et c’est aujourd’hui l’ensemble de la palette chromatique qui déferle sur une horlogerie pimentée d’un zeste de pigments.

Du cadran au bracelet

Rose bonbon, jaune acidulé, orange tonique, fuchsia éclatant, rouge intense… Peu importe la couleur, pourvu qu’il y en ait. A commencer par le cadran, l’espace d’expression certainement le plus propice à cet usage. Cette année, il se teinte de violet sur la Royal Oak Frosted Gold Selfwinding Chronograph d’Audemars Piguet. Il se drape d’orange vitaminé sur le modèle Sixties de Glashütte Original ou de vert fumé sur l’Endeavour Tourbillon Concept Cosmic Green de H. Moser & Cie. Mais la fantaisie ne s’arrête pas là. Elle touche au bracelet, si raisonnable autrefois, que les horlogers déclinent aujourd’hui dans un large éventail de couleurs et de matières, en simple, double ou triple tour. Hermès a donné le ton en travaillant l’attache de la montre comme un élément de design essentiel au sein de son atelier cuir situé à Bienne, où les peaux de chèvre, de veau, de buffle, d’autruche ou d’alligator voient leur grain paré d’une large gamme de coloris. A côté du fameux rouge H, les cuirs attirent le regard en version orange, lime, braise ou bleu paon, bleu saphir, bougainvillier ou framboise. Sur la Cape Cod chaîne d’ancre, prolongée cette année par une nouvelle forme de bracelet, la montre s’enroule cet hiver au poignet, tonifiée par une symphonie de nuances baptisées Deep Blue, ambre ou rose extrême.