Elles ont tout d’un bijou mais n’en portent pas le nom. Elles en ont l’allure, elles en déroulent les codes, la grâce et le scintillement. Mais elles affichent ce petit truc en plus qui les distingue: un cadran, des aiguilles et le temps qui passe. Plus qu’un détail, l’affichage du temps conditionne la création de ces montres qui s’accrochent au poignet comme des bracelets de haute joaillerie. «On ne crée pas un bijou comme une montre, souligne la coprésidente de Chopard, Caroline Scheufele. En joaillerie, vous partez d’une page blanche, l’esthétique passe avant la fonctionnalité, la créativité peut s’exprimer librement. En horlogerie, vous êtes voué à dessiner autour d’un mouvement, à l’habiller.»