Ferrari propose à Maranello un service «Tailor made», lancé il y a deux ans. Au point que «chaque voiture qui quitte l’usine est différente des autres, tant les options de personnalisation sont nombreuses», explique Elena Fontana, qui travaille dans la petite équipe responsable du bespoke, le sur-mesure adapté aux desiderata du client.

«Nous avons déjà des ateliers dévolus à la personnalisation, où les matériaux en option sont proposés sur catalogue.» L’idée avec le «Tailor made» est d’aller encore plus loin. On vient ici comme on irait chez un tailleur. «Nous proposons des matériaux qui appartiennent habituellement à d’autres secteurs du luxe: le teck du yachting, le bois précieux de la marqueterie, le jean, le cachemire et le prince-de-Galles de la mode, etc.» Aussi des matériaux exclusifs comme des bois mélangés à des fibres de carbone. La seule limite est l’architecture de la voiture: «Nous ne changeons pas la forme du modèle et nous ne touchons évidemment pas à ce qui a trait à la sécurité.»

Les clients sont triés sur le volet. «Nous ne voulons pas de quelqu’un qui achète une voiture pour la revendre deux mois plus tard. Le client qui vient ici est quelqu’un qui perçoit vraiment l’exclusivité de ce programme et qui comprend le caractère unique de notre travail.»

Les clients? Beaucoup d’Américains (25%). Liban, Royaume-Uni, Suisse suivent dans le classement. Prix moyen: 50 000 euros, à débourser en plus du prix de la voiture elle-même, et en plus des options courantes (caméra de recul, capteurs, GPS, hi-fi, sièges électriques, etc.). Les prix peuvent atteindre 100 000 euros et plus. Compter quatre à cinq mois entre la commande et la livraison.