Il s’était mis aux pieds de toutes les femmes. Sergio Rossi, chausseur pour dames parmi les plus célèbres du monde, a été emporté par le Covid-19 le 2 avril. Le designer de 84 ans luttait contre la maladie depuis plusieurs jours à l’hôpital Bufalini de Cesena, au bord de l’Adriatique, tout près de San Mauro Pascoli, sa ville natale, dont il fera la Mecque de la chaussure italienne haut de gamme.

Affaire de famille

Chez les Rossi, la chaussure est une affaire de famille. Son père, cordonnier, lui enseigne le métier. A l’âge de 14 ans, Sergio et son frère Franco fabriquent l’hiver les modèles qu’ils vendront l’été dans les stations balnéaires de la Riviera. Et notamment à Rimini, où leur production cartonne. Dans les années 60, la création s’affine. La sandale à talon Opanca sera parmi les premiers grands succès de la marque avec l’escarpin Godiva, devenu iconique. «J’ai recruté les meilleurs artisans de toute l’Italie pour découvrir les secrets du confort», expliquait Sergio Rossi, qui, à partir des années 70, va associer son nom à celui des maisons de mode comme Versace, pour qui il chausse les mannequins, et plus tard à ceux de Dolce & Gabbana et Azzedine Alaïa. Il ouvre également des boutiques en nom propre à Turin, Florence, Milan, Londres, Los Angeles et New York. Il en possèdera plus de 80 à travers le monde. Il se diversifie aussi en produisant des sacs, des baskets et des chaussures pour hommes.

Conscience écolo

En 2005, l’homme d’affaires François Pinault, propriétaire de Gucci, Yves Saint Laurent, Bottega Veneta (entre autres), prend le contrôle du chausseur italien. Rachetée en 2015 par le fond Investindustrial d’Andrea Bonomi, qui possède Aston Martin et Jacuzzi, la marque reviendra finalement en Italie. Six ans auparavant, Sergio Rossi s’était lancé le défi de marier luxe et durabilité. Il lançait en 2009 l’Eco Pump, chaussure de mode biodégradable dont le talon et la semelle étaient fabriqués à partir d’un dérivé de la lignine tiré du bois et le cuir tanné selon des modes respectueux de l’environnement.