«J’ai commencé à m’amuser avec les vêtements à l’âge de 6 ans. A l’époque, j’habitais sur un bateau au Sénégal. Mes parents m’avaient acheté une tenue traditionnelle sénégalaise très colorée, avec un effet un peu psyché. De retour en France, d’où je viens, je la portais souvent, je détonnais des enfants de mon âge. J’en ai gardé un goût pour le décalage. Aujourd’hui, je recherche plutôt des pièces marrantes, qui me relient d’une façon ou d’une autre à mon enfance ou à mon adolescence: des baskets à semelles lumineuses, des couleurs flashy, des habits qui évoquent l’univers du rap. J’aime le seconde main, j’achète tous mes vêtements dans des friperies.»