Design

Nendo prend le pli

Le designer et architecte japonais Oki Sato lance une collection de sacs inspirée de l’origami, en collaboration avec Longchamp

Des téléviseurs et des tenues de rugby, des chaises et des sacs, des esplanades inspirées par les cimetières japonais et du mobilier qui flirte parfois avec l’art contemporain. Si on devait faire une comparaison, on pourrait dire d’Oki Sato qu’il a quelque chose de Philippe Starck, du moins dans sa phénoménale capacité de production. «Plancher sur 400 projets en même temps, ça me détend», concède le designer et architecte de Tokyo que l’on connaît moins par son nom que par celui de la marque qu’il a fondée en 2002.

«Nendo signifie «expression libre de l’argile». Parce que le plaisir de créer des objets vient de la liberté à les imaginer. Et de le faire en équipe. Chez Nendo, le processus est collectif. Je pars de la plus petite idée possible. Je la traduis en général dans une petite image peinte que je transmets ensuite à mes collaborateurs pour qu’ils la développent en l’agrandissant. Mais petit ne veut pas dire facile. Ce genre d’idées simples est souvent le plus compliqué à mettre en œuvre, car elles doivent conserver jusqu’à la fin leur légèreté de départ. C’est comme la cuisine japonaise, qui donne l’air d’être confondante de simplicité mais qui est d’une complexité folle, observe Oki Sato en montrant l’un des trois sacs de la nouvelle collection Pliage qu’il vient de dessiner pour Longchamp.