Un jour, une idée

Non, le petit noir ne se consomme pas qu’au dessert

Durant la majeure partie du mois de novembre, 25 chefs de toute la Suisse participent aux 7es Nespresso Gourmet Weeks. Une initiative de la marque visant à faire du café un ingrédient comme les autres

Au total, ils sont 25. Issus des quatre coins de la Suisse. Vingt-cinq grands chefs qui se prêteront, durant l’essentiel du mois de novembre, à ce que Nespresso appelle ses «Gourmets Weeks». Jusqu’au 24 novembre, si vous franchissez les portes de l’un de leurs établissements haut de gamme, vous pourrez choisir un menu dont les différents plats rendent tous hommage, à leur façon, au café. Une excursion gustative de première originalité.

La marque du groupe Nestlé organise depuis sept ans ce rendez-vous avec les meilleures tables de Suisse. Le concept est simple: les chefs qui y participent ont carte blanche pour exploiter les différents types de café – on parle ici de «grands crus» – dans leurs entrées, plats et desserts.

Quand les chefs s’amusent

L’objectif déclaré est de sortir du stéréotype voulant que le petit noir ne se consomme qu’au dessert, avec – éventuellement – une tombée de crème, voire un carré de sucre. «On touche, on sent, on goûte, on en fait de l’huile, un fond de sauce, un accompagnement de poisson, une purée… En fait, on s’amuse», résume l’un d’entre eux. Et quand des chefs s’amusent, c’est souvent une bonne nouvelle pour les gourmands.

Exemple avec la Table d’Edgard, au Lausanne Palace. L’expérience gustative s’y révèle originale, parfois déroutante, surtout exquise. Le repas se transforme en promenade dont les trois temps sont les suivants – avec les expressions toujours finement choisies des grands chefs: carpaccio de cabillaud de ligne aux senteurs d’agrumes de Sicile, accompagné d’un Kenya Milima; cerf frotté d’épices aux figues, bolets et pommes de terre au café indien, lard de Colonnata; tarte au chocolat grand cru, crème double de Rougement au Lungo guatémaltèque. Dans chaque plat, le café fait une apparition subtile et discrète.

Cerise sur ce menu à trois plats: le prix, tout à fait honnête vu ce que vous découvrirez immanquablement dans vos assiettes. Les 25 chefs se sont alignés sur un même tarif: comptez 70 francs à midi et 120 le soir (café inclus).

En Suisse romande, outre la Table d’Edgard (Edgard Bovier), ce rendez-vous a lieu au restaurant Bayview, à Genève (Michel Roth), à La Chaumière de Troinex (Serge Labrosse), au Pont de Brent (Stéphane Décotterd), chez Damien Germanier à Sion, à la Table de Mary à Yverdon-les-Bains (Maryline Nozahic) et à l’Auberge de la Croix-Blanche de Villarepos (Arno Abächerli).


Nespresso Gourmet Weeks, jusqu’au di 24 novembre. Tous les articles de la rubrique «Un jour, une idée».

Publicité