who’s next?

La nouvelle vague de la HEAD: Quentin Piel Langlet

Quatre designers de la section Mode de la HEAD à Genève nous parlent de leur collection 5 – automne-hiver 2015 – qui marque la findu premier semestre de leur dernière année d’études.Talents à suivre

Le seul homme de notre sélection a lui aussi commencé par s’intéresser aux arts visuels – à l’Ecole nationale supérieure des beaux-arts de Lyon – avant de se diriger vers la HEAD. «J’ai d’abord choisi la vidéo et la photographie comme médiums. Ce qui m’intéressait alors c’était la mise en situation, la matière et le corps en mouvement. Travailler et concentrer ma réflexion sur le vêtement m’a permis de trouver un bon compromis.»

Son approche sensible l’amène à concevoir les pièces d’habillement comme autant de potentiels de narration. «J’aime que le vêtement ait pour fonction première de raconter une histoire et qu’il ne se réduise pas simplement à faire joli ou à susciter de l’étonnement. S’il y a de l’émotion c’est que c’est réussi.» Parmi les références du jeune Français se trouvent René Magritte et Samuel Beckett «pour leur absurdité pleine de bon sens», la chanteuse Molly Nilsson et l’écrivain Haruki Murakami «pour leurs histoires d’amour intenses» ou encore le romantisme allemand. Ce qui ne l’empêche pas non plus de trouver dans «le jeans, le t-shirt et le sentiment amoureux» un langage universel et poétique à même de l’inspirer.

Ying Gao, la tutrice de Quentin Piel Langlet, a trouvé une définition adéquate pour la mode de son étudiant: le «romantico-sportswear». «Soit la ­confrontation de deux univers, le sportswear et la mélancolie, à la façon des tableaux du romantisme.»

Pour sa collection 5, le jeune designer a imaginé une histoire de couple, «une sorte d’autoportrait», admet-il. «C’est un amoureux qui ne peut pas se passer de son amant et qui trouve le moyen de l’avoir toujours auprès de lui, par le biais de la silhouette, de l’empreinte du corps, du vêtement vide et du corps absent.»

Mais ça, c’était avant… Pour les pièces qui – on le souhaite – lui permettront de terminer son cursus à la HEAD, Quentin Piel Langlet explore un autre aspect du couple: la passion. «Après avoir travaillé sur cette idée du couple et de vêtements composés de deux silhouettes, je veux à présent parler du droit à être amoureux fou, de considérer l’autre comme un être immense, parfait et magnifique, jusqu’à la déraison!»

Publicité