Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

tendance

Les nuances de la chair

Les collections Croisière font la part belle aux couleurs de la carnation. Comme si les vêtements jouaient le rôle d’une seconde peau, et se paraient de tissus comme des blush. Valérie d’Hérin

Les nuances de la chair

Jaillissant du tableau de la mode d’entre-saisons, des nuances chair, rose et pêche surgissent des collections Croisière, celles qui offrent des promesses d’été en plein hiver. Dans des manteaux de tulle chez Viktor & Rolf, des chemises et jupes nimbées d’une douce lumière chez Balenciaga, elles jouent avec la peau, illuminent une silhouette simple et épurée, loin des extravagances structurales de l’automne. La peau se fait couleur. On choisit une robe comme une seconde carnation. L’épiderme devient jersey, le jersey devient épiderme, l’imagination créant seule les démarcations des silhouettes fluides et aériennes qui s’échappent des vestiaires des collections Croisière.

Chloé.(DR)

Les créateurs embrassent la lumière particulière, tantôt crue, tantôt émouvante, de la chair. Ils quittent les ombres de l’hiver pour offrir des collections lumineuses à celles qui sont en quête de l’été éternel.

Chez Salvatore Ferragamo, peaux de crocodile et de python se posent comme des caméléons sur le grain de peau féminin, cousues, lacées, zippées, dans un corps à corps de nuances neutres, entre sable et chair. Le beige quitte l’automne ; il se rose, se dore, s’abricote, devient lumineux. Les robes se hâlent. Des teintes proches de la carnation estivale réchauffent des pièces empruntées au vestiaire masculin. Les vestes se portent comme des pointes de blush chez Gucci, terracotta chez Anne Valérie Hash, pour dépoussiérer les peaux encore endormies par l’hiver. Dans ce vestiaire de carnations, le vêtement ne s’enfile plus, il s’applique à même la peau pour la sublimer, comme taillé dans une étoffe cosmétique.

Albino. (DR)

Alberta Ferretti a imaginé pour cet entre-saisons une longue robe de soie rose chair aussi fluide qu’un fond de teint. Un débardeur en tricot léger se pose ton sur ton sur l’épiderme avec le velouté d’une poudre chez Albino. Les cuirs ôtent leur vernis d’hiver, retrouvent une matité naturelle qui s’applique sur la peau nue avec l’onctuosité d’un rouge à lèvres chez Chloé, Bally, Marni ou encore Burberry.

Les couturiers puisent dans les palettes des maquilleurs comme dans celles des grands peintres. Les couleurs s’appellent «skin», «champagne », «sable», «New Bisque». Anne Valérie Hash propose un coupe-vent rose comme un gloss au printemps. Damir Doma, lui, offre une superposition de hauts en viscose et jersey de coton aériens dans une belle nuance de rose et de peau, délicatement intitulé « amarante légère ». Une fleur dont le nom signifie « qui ne se fane pas », comme une promesse de jeunesse éternelle...

Damir Doma. (DR)

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a