vin

Païen 2017, Cave de l'Orlaya

Née à Gigondas, Mathilde Roux produit des vins de grande expression à Fully

Le Valais, un canton de montagne refermé sur lui-même? Fully se fait un malin plaisir à briser le stéréotype. La commune viticole a accueilli plusieurs vignerons issus d’autres horizons ces dernières années. Parmi eux, le Genevois Alexandre Delétraz, qui a joué les pionniers, Caroline Frey, déjà propriétaire de vignobles à Bordeaux, en Bourgogne et à Tain-l’Hermitage, et Mathilde Roux, la benjamine. La vigneronne franco-suisse, 30 ans cette année, a repris le domaine de Gérard Roduit en septembre 2015. Elle souligne l’excellent accueil reçu: «Avec l’association Fully Grand Cru, la dynamique est excellente.»

Mathilde Roux a grandi dans les Côtes du Rhône, à Gigondas, où ses parents travaillaient la vigne. Depuis toute petite, elle a voulu «faire du vin». Arrivée à Epalinges à l’âge de 11 ans, elle a poursuivi patiemment son rêve. Elle a atterri à Fully un peu par hasard mais s’y est tout de suite sentie à l’aise. Elle a immédiatement adopté les cépages autochtones, abandonné les produits phytosanitaires et rebaptisé le domaine du nom d’une fleur qui pousse dans ses rangs de vignes.

Dans le millésime 2017, le païen (savagnin blanc) est une de ses grandes réussites. Avec 20% des 2000 litres produits élevés en barriques, il offre un nez expressif et racé sur l’ananas mûr, le pamplemousse rose et les épices douces. La bouche est à l’avenant, avec une matière caressante équilibrée par une acidité vivifiante et une finale iodée. Un vin d’esthète.


Où l'acheter?

Cave de l’Orlaya, ch. de Liaudise 31, 1926 Fully. Prix: 23 francs.

Publicité