On connaissait la fraîcheur verte et aquatique du concombre dans certains sillages d’été, comme les eaux CK One de Calvin Klein. Ou les notes herbacées de la feuille de tomate, que l’Eau de Campagne de Sisley était la première à diffuser en 1977, suivie par Folavril d’Annick Goutal quatre ans plus tard. Depuis les années 2010, ces palettes de légumes sont de plus en plus présentes en parfumerie. B. Balenciaga de Balenciaga, lancé en 2014, place le petit pois en tête. L’an dernier, Fabulous Me de Paco Rabanne révélait un accord rhubarbe-citrouille évoquant la chair épaisse et farineuse de la cucurbitacée.

«Les notes de légumes font partie de notre terrain de jeu, j’adore par exemple travailler la betterave, mais ce n’était jusqu’à récemment pas communiqué, explique Alexandra Carlin, parfumeuse chez Symrise. Si les marques en parlent plus volontiers, voire nous en demandent dans leur brief, c’est parce que cela correspond aux valeurs actuelles liées aux choses simples, à la nature, au savoir-faire d’antan et à l’intérêt grandissant pour la cuisine. On peut dire que les légumes ont gagné une certaine noblesse.»