Le parfum d’une «nouvelle génération consciente et attentive à son bien-être». L’an dernier, Girl de Rochas était présenté comme révolutionnaire. Avec, en plus de toute une approche écoresponsable en termes de formule et d’emballage, une composition à base de «néroli aux propriétés relaxantes». En parallèle, Givenchy mettait en avant la «rose antimorose» d’Irresitible, qui «invite au lâcher-prise». Et cet automne, Astier de Villatte lancera une fragrance inspirée du kyphi, un des plus célèbres parfums antiques égyptiens, qui avait apparemment le pouvoir de détendre ceux qui le sentait. Les flacons de parfum sont-ils en train de prendre la relève des fioles d’huiles essentielles, dont les effets thérapeutiques ne sont plus à prouver?