Un jour, une idée

Des parures ethniques et éthiques inédites

Exubérants ou discrets, les colliers africains dessinés ou sélectionnés par la Lausannoise Emilienne Angle allient des critères de qualité et d’équité avec les artisans

Mettre en lumière les techniques artisanales traditionnelles, tout en y apportant une touche de modernité: voilà le concept qui a sous-tendu la création, début juin, du magasin en ligne Nek Lacess, véritable ode au collier ethnique sous toutes ses formes. En proposant des parures africaines tour à tour excentriques, magistrales ou plus discrètes, sa créatrice Emilienne Angle a souhaité faire connaître la valeur artistique d’un savoir-faire ancestral, dans une relation d’égal à égal avec des créateurs finement sélectionnés. «J’avais à cœur de proposer des bijoux uniques, que l’on ne voyait nulle part ailleurs, mais aussi offrir un débouché commercial à tous ces artisans émérites, qui d’ordinaire sont invisibles.»

«Une ligne esthétique poussée»

Passionnée d’art africain, la Lausannoise d’origine ivoirienne a étroitement travaillé avec des créateurs situés à l’ouest et au centre du continent, ainsi qu’en Namibie et en Afrique du Sud, en allant personnellement les rencontrer sur le terrain. «Sur la base de ce que j’observais dans les musées ou dans les magazines, j’ai fait des dessins, expliqué ce que je voulais comme type de bijoux. Certains artisans ont ensuite ajouté leur touche personnelle. Mon critère principal était d’obtenir, au final, un produit d’une qualité irréprochable avec une ligne esthétique poussée.»

Qu’ils se présentent sous la forme de sautoirs ou de tours du cou, tous les colliers ont été choisis sur la base du mariage entre différents matériaux. Les perles de disques vinyles recyclés utilisées par de nombreux artisans africains côtoient ainsi le bronze ou les pierres semi-précieuses, la corne s’allie au bois, les cauris – de petits coquillages – accompagnés de perles de rocaille noires se muent en cascade sur le buste. Et que dire de ces élytres de scarabée – une partie des ailes qui se détache naturellement lors de la mue de l’animal – agrémentés de turquoises…

Si cette première sélection de pièces était une façon de rendre hommage à ses origines africaines, Emilienne Angle compte étoffer à l’avenir sa collection avec des parures originaires d’Amérique du Nord et du Sud, puis d’Afrique du Nord. De quoi réjouir encore un peu plus les passionnés de bijoux d’ailleurs…


www.neklacess.ch

Publicité