Laissons de côté Manuel Valls. Le pauvre. Le Web parle davantage de ses atroces cravates pâlichonnes que de son travail de ministre de l’Intérieur au sein du nouveau gouvernement français. Pas facile pour un homme exerçant une forme de pouvoir, de se singulariser sans jouer sa crédibilité. Surtout si, comme ce dernier, on donne l’impression de recycler tout un lot de costumes de mariage dragée, achetés en multi-pack, un jour de désespoir et de braderie.

Justement, ce printemps, en matière de mode masculine, les pastels sont à la mode. Discrètement. Auprès des dandys, que ceux-ci se fournissent chez H&M (rayonnages de costumes corail pâle), dans les boutiques de luxe (Prada, Ermenegildo Zegna) ou qu’ils suivent les conseils des magazines pointus comme «GQ USA» ou «Fantastic Man».

Un jean rose léger comme en portent plein d’ados en revival sixties; un costume de week-end; des beiges délavés qui donnent l’air d’avoir traversé le désert; des imprimés fifties: en vacances ou au loisir, pas de problème, tous les goûts sont dans le théâtre de la nature, comme on peut le voir sur cette page. Mais à la ville, quand on travaille dans la finance, la banque ou la politique où les codes vestimentaires et l’image pèsent toujours davantage, est-ce bien raisonnable? Autrement dit: quand et comment porter des tons layette et des couleurs fragiles sans avoir l’air d’un Valls?

Pastel et protocole

Corinne Lampin, directrice de

Prestige Business Services (image

professionnelle, protocole international, haute finance, luxe, etc.)

«Dans les milieux où les codes vestimentaires sont stricts et importants, le pastel est un signe distinctif à manier avec prudence. L’homme qui porte du pastel à propos, ce printemps, donnera l’image de quelqu’un qui est au courant, en mouvement; il pourra même, dans une assemblée, établir un lien de complicité avec une autre personne attentive à ce genre de communication vestimentaire. Mais trop de pastel ou du pastel maladroit disqualifie.»

»Concrètement? Je peux très bien conseiller une cravate pastel à un dirigeant: un rose pâle pas trop brillant ou mieux: un gris tirant sur le rose ou le bleu. A une condition, que la chemise soit blanche – la chemise blanche, cela dit en passant, est celle de l’élégance et du pouvoir, je ne saurais trop la recommander.

»On peut jouer aussi le pastel sur la pochette. Qu’on portera alors de la manière la plus classique: pliée, dépassant d’environ 1,5 cm au-dessus de la poche de sa veste. Si la cravate est pastel, pas de pochette pastel, cela ferait trop, mais une pochette blanche.

La pièce pastel qui marche à tous les coups, c’est le foulard, celui que de plus en plus d’hommes classiques nouent sur leur costume, à l’extérieur, et qui fait un peu baroudeur. On donne l’image de quelqu’un qui est en action, on arrive au travail, on enlève cet accessoire et on marque ainsi la différence entre son espace privé et celui où son vêtement souscrit à des codes plus stricts.

»Pour le reste, pas de chaussettes, de chemise ou d’accessoires pastel. Je parle évidemment des contextes très stricts. De toute façon, plus le rendez-vous est formel, moins l’homme jouera des pastels. Je déconseille aussi le pastel, même en touche légère, quand on a rendez-vous avec une personne âgée. Il est clair que tout cela varie en fonction des cultures. Pour un rendez-vous d’affaires ou politique en Italie, le pastel est très bienvenu. On l’évitera avec des interlocuteurs originaires du Moyen-Orient, par exemple, qui peuvent prendre le pastel pour un manque de respect (comme ils peuvent trouver irrespectueux qu’on se présente à eux sans s’être parfumé).

C’est une erreur communément répandue que de croire qu’aujourd’hui les codes vestimentaires s’affaiblissent. Au contraire, ils sont particulièrement revenus en grâce, de même qu’il y a une demande, aujourd’hui, pour un retour du savoir-vivre, des règles de politesse, etc.

Pastel et élégance

Mauro de Luca, sales managerau Bon Génie Grieder

«C’est une question d’âge, de morphologie, de teint. Et d’occasion, bien sûr. D’âge parce qu’une personne mûre qui se met tout d’un coup à porter des couleurs très claires ou voyantes prend le risque – et la liberté – de brouiller son image. De morphologie: plus on est bien portant, plus les couleurs claires alourdissent la silhouette – idem avec les hommes forts qui portent des costumes à larges rayures. D’occasion parce que le pastel renvoie aux vacances, à l’élégance du week-end, au bord de mer et qu’il vaut mieux le savoir au matin d’un rendez-vous strict ou protocolaire. De teint parce que porter un habit pâle quand on a le teint clair, c’est risquer d’avoir l’air fade. C’est aussi une question de culture. Plus on va vers le sud de l’Europe, plus les couleurs claires, les costumes en lin beige et les cravates délavées sont acceptés même dans des cadres stricts. Ce qui n’est pas le cas dans les pays nordiques (de ce point de vue, la Suisse est nordique) ni dans les pays de l’Est.

»Un conseil: ne pas forcer les contrastes. Eviter, par exemple, de marier un pastel avec du noir. Essayer, au contraire, de travailler les dégradés, les rappels de coulueur – marier une chemise pastel à un costume gris moyen. Eviter les chaussures noires avec un costume clair. Cela dit, il y a toujours des hommes chez qui le sens du style rendent ces conseils et ces règles obsolètes.»

Pastel et dandysme

Mister Mickey, alias Mickey Broadman, directeur éditorial du magazine new-yorkais «Paper», fabuleux chroniqueur des nuits et du style.

«Les hommes, pour la plupart, ont peur de la couleur. Je pense justement que les pastels sont pour eux une manière simple de mettre un peu de vie dans leur habillement d’été.

»Personnellement, j’aime porter un total look pastel, dans le même ton, lavande ou sorbet. J’ai l’air de faire partie d’une secte étrange ou je ressemble au réceptionniste d’un spa pour vieilles dames «kitschy». Les hommes plus ordinaires, eux, peuvent donner un coup de fouet à leur garde-robe en choisissant un vêtement de coupe sobre décliné en couleur pastel. J’aime beaucoup les polos Lacoste roses ou vert menthe. Les hommes peuvent aussi miser sur une combinaison cravate et chemise pastel. C’est une manière de porter de la couleur qui ne va pas trop les effrayer. De toute façon, les hommes continuent à avoir peur de la mode, après tout!»