Du vin et des hommes

La Paulée, de Meursault à Fully

En Valais, la convivialité se tisse bien souvent autour d’un verre de vin. D’ailleurs, le terroir granitique de la petite commune de Fully est en train de gagner une visibilité internationale

C’est une contrefaçon, mais elle a été pensée avec tellement d’enthousiasme qu’il est impossible d’en tenir rigueur à ses organisateurs. Et comme toutes les grandes idées, elle mérite d’être partagée. Neuf vignerons de Fully ont organisé lundi dernier le premier Printemps de la petite arvine, manifestation festive calquée sur le modèle de la Paulée de Meursault. Le principe est très simple: chaque artisan convie des invités qui ont pour seule consigne d’amener une belle bouteille – ou plusieurs, selon l’humeur – pour la partager autour d’un repas convivial.

A l’origine, la Paulée était organisée juste après la vendange. Comme leurs collègues de Meursault, qui l’organisent le troisième dimanche de novembre, juste après la vente des vins des Hospices de Beaune, les vignerons de Fully se sont détachés de cette tradition temporelle. Les deux villages partagent la même volonté d’ouverture. Les convives peuvent choisir des crus du monde entier avec une seule consigne: se faire plaisir. Un éclectisme favorisé par la présence de vignerons amis venus avec leurs propres flacons, comme Jean-Marc Roulot (Meursault), Léonard et Geneviève Humbrecht (Turckheim), Stéphane Robert (Cornas) ou encore Jean-Marc Burgaud (Morgon).

Les bouteilles sont passées de table en table pendant près de cinq heures dans un joyeux brouhaha. Les vins de Fully et leur cépage emblématique, la petite arvine, ont fait bonne figure. Mention spéciale pour le millésime 2015, très prometteur, et l’Arvine Grain noble 2001 de Marie-Thérèse Chappaz, une liqueur complexe à l’acidité tranchante. Parmi les vins d’ailleurs, coup de cœur pour le Chablis 1er Cru Montée de Tonnerre 2007 du domaine François Raveneau – une pure merveille.

Comme son modèle bourguignon, créé en 1923, la Paulée de Fully ambitionne de devenir un rendez-vous incontournable. Car au-delà de sa dimension épicurienne, l’événement suscite une émulation positive et extrait le vignoble valaisan de ses réflexes provinciaux. Cela tombe bien, car le magnifique terroir granitique de Fully est en train de gagner une visibilité internationale. L’œnologue Caroline Frey, notamment propriétaire du Château La Lagune, dans le Bordelais, et du domaine Paul Jaboulet Aîné, à Tain-l’Hermitage, vient juste d’acheter une parcelle de 2000 m2 pour y cultiver de la petite arvine. Un coup de cœur pour un coup de projecteur bienvenu: on n’a pas fini d’entendre parler de Fully.

Publicité