Prénoms: Cornelia et Nicole. Noms de famille: Peter (pour la première) et Müller (pour la seconde). Le jour où ces deux jeunes stylistes alémaniques ont dû trouver un nom pour leur marque toute fraîche, elles n'ont eu qu'à juxtaposer leurs patronymes pour lancer le label Peter Müller. De quoi faire sourire, un instant, leur clientèle suisse qui se souvient du champion de ski homonyme, naguère doté d'un premier degré plus épais que ses deux cuisses. De quoi, aussi, situer leurs vêtements entre la terre des racines helvétiques et le ciel de l'ironie internationale.

C'est donc Cornelia Peter et Nicole Müller qui ont remporté, mercredi à Montreux, la cinquième édition d'un Podium Femina de la mode de bonne tenue. Overall en jersey, streetwear sur talons, leggings peints, sportives capuches se frottant aux détails précieux, la modernité de ce Peter Müller portant grands colliers mats et petit K-way vintage tient à l'équilibre entre désinvolture et glamour, rock et nature, easy-life alémanique et sophistication romande. Un duo qui sait manier l'image aussi bien que le tissu, et qu'on verrait bien photographié, à condition qu'il allège illico ses silhouettes, un pied dans Vogue, un autre dans i-D.

Moins rusées, moins au fait des codes de la mode actuelle, mais prometteuses, deux Genevoises ont été primées. Sokhna Cisse emporte le deuxième prix. De sa collection qui hume l'air de la rue, on retiendra les robes aux poches incisées comme sur un jean, qui donnent à la démarche une allure chic-street. Quant à Anne-Kathrin Stahli, elle gagne un stage chez Marithé+ François Girbaud pour un travail de la maille beaucoup plus subtil qu'il n'y paraît. Le prix du public est allé à Manon Kündig et à ses élégantes piochant leurs tenues dans le vestiaire masculin actuel, dans les tiroirs des zazous et d'autres tribus historiques.