Cet été, «Le Temps» a choisi cinq plantes comestibles hors des sentiers battus, qui mettront de la saveur et de l'originalité dans vos préparations culinaires.

Episodes précédents:

En argot, son nom fait référence à une fille un peu niaise. Elle est ravissante pourtant, la pimprenelle. Avec ses feuilles profondément dentelées, comme tirées d’un tableau de découpage du Pays-d’Enhaut. Elle est surprenante, aussi: ses feuilles ont un goût de concombre et de noix verte.

Si elle pousse à l’état sauvage dans toute l’Europe, sur les sols secs calcaires ou les sols sablonneux des bords de chemins, elle se cultive facilement au jardin ou en pot. Longtemps, cette plante était couramment utilisée dans les cuisines familiales, à l’instar du persil d’aujourd’hui. Au printemps, ses feuilles peuvent être consommées entièrement, en salade. L’été, elles deviennent plus dures, il vaut donc mieux les hacher, après avoir idéalement ôté les folioles de la nervure centrale de la feuille. Fraîchement cueillis, ces brins de verdure parfument salades, crudités, vinaigrettes, marinades. Mieux vaut ne pas les utiliser cuits ou séchés, puisqu’ils perdent leurs pouvoirs gustatifs.

Armée invincible

La pimprenelle fait partie des plantes qui composent la fameuse sauce de Francfort – cette base crémeuse de séré et mayonnaise, verdie par un mélange d’herbes aromatiques – servie traditionnellement avec des viandes bouillies ou du poisson, des œufs durs ou pochés, ainsi que des pommes de terre en robe des champs. La plante se prête aussi très bien au sorbet, à la limonade et au tzatziki, en remplacement du concombre puisqu’elle en a la saveur. On peut en faire un délicieux pesto en la mixant avec de l’ail, des graines de sésame et de l’huile.

Lire aussi: L’agriculture urbaine bourgeonne en Suisse romande

Riche en vitamine C, c’est une plante médicinale reconnue pour ses nombreuses propriétés, entre autres digestives, astringentes, anti-diarrhéiques, diurétiques, antiseptiques, lorsqu’elle est consommée fraîche ou séchée, en tisane de feuilles et de racines.

Un remède de grand-mère? Les feuilles macérées dans l’huile calment les douleurs liées aux coups de soleil. Son nom latin fait référence à un autre de ses pouvoirs guérisseurs: sanguisorba signifie «qui absorbe le sang». La pimprenelle est connue pour ses vertus hémostatiques. Autrement dit, elle peut arrêter ou ralentir les hémorragies. Une légende raconte que le fils cadet d’Attila roi des Huns, le prince Csaba, avait une armée invincible grâce au recours à la pimprenelle pour soigner les blessures.