Pour bien des gens, le café va désormais de soi au même titre que le verre d’eau. Il est pratiquement disponible toujours et partout. Jadis, seuls les bourgeois nantis et les aristocrates pouvaient s’offrir ce nectar aromatique. Les plus pauvres devaient se contenter de pâles imitations telles que le café de malt ou la chicorée. Autrefois, on servait volontiers le café dans une vaisselle appropriée et on ne le buvait en général que le dimanche ou après un repas de fête. Les premières machines à café fonctionnaient à l’alcool à brûler, avant que n’arrivent sur le marché, au début du XXe siècle, les premiers modèles électriques. Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, on a assisté à des améliorations techniques substantielles et à une plus large diffusion des machines à café. Reste qu’il n’était pas incongru, à l’époque, d’attendre plus de cinq minutes pour que le café soit prêt.

Beaucoup de temps a passé et plusieurs innovations ont modifié l’univers du café. Miele a notamment réussi à équiper ses machines à café de fonctions intelligentes. Les amateurs de café l’apprécient. «Le maniement intuitif sort vraiment du lot. Cette machine tout automatique dialogue littéralement avec moi. L’écran me dit quand la machine est prête et m’accompagne tout au long de la préparation. Il m’avertit aussi quand le réservoir d’eau ou le récipient à grains de café est vide. Ou quand un nettoyage ou un détartrage s’imposent», détaille Corinne Hörnlimann, Product Manager chez Miele. Les heures de mise en marche et d’arrêt de la machine sont programmables selon les besoins. Lorsqu’on arrive à demi éveillé à la cuisine le matin, la machine est d’attaque: allumée et prête à dispenser son premier petit noir. Si deux personnes ont besoin de leur café tout de suite, elle prépare simultanément deux tasses sur simple pression d’un bouton.

Fraîchement moulu pour chaque tasse

De bonne humeur, on attaque une nouvelle journée de télétravail. Que l’on soit tout seul entre ses quatre murs, dans le raffut des petits enfants ou en bureau partagé avec un associé, on se réjouit pareillement de la prochaine tasse de café. Bien des machines Miele en proposent tout un choix, comme au bistrot où l’on avait ses habitudes. Il est possible d’apprêter jusqu’à 20 boissons différentes. «Avec la fermeture des cafés, nous avons remarqué que la plupart des gens n’entendent pas renoncer à leur cappuccino, à leur «flat white» ou à leur expresso. Ils se le fabriquent donc à la maison. Avec une machine à café entièrement automatique Miele, ils peuvent se le préparer chez eux sur simple pression d’un bouton», commente Corinne Hörnlimann.


Outre les spécialités de café, la machine fournit aussi de l’eau à la température optimale pour du thé vert ou noir, des tisanes d’herbes ou de fruits. Les trois différents récipients à grains de café sont un atout supplémentaire. Chaque café peut ainsi être préparé avec les grains adéquats. Et le broyeur les moud pour chaque tasse en préservant les arômes. Si l’on opte pour un prochain café avec d’autres grains, il ne reste pas trace de la variété précédemment choisie: au terme de la mouture, il ne reste pas de poudre de café dans le broyeur. En plus, la chambre de percolation de la machine à café automatique est dynamique, autrement dit elle se dilate lorsque l’eau y pénètre. La poudre de café et l’eau se mélangent ainsi de façon particulièrement efficace et l’arôme du café peut encore mieux s’épanouir.

Reste que, même si le choix de spécialités de café et de variétés de thé est vaste, la plupart d’entre nous n’ont qu’une ou deux boissons de prédilection. Elles sont programmables sous forme de «profils de connaisseur». Tous les paramètres de la boisson sont saisis: variété de grains, finesse de la mouture et quantité, température de l’eau et quantité, le cas échéant quantité de lait ou de mousse de lait. Cette dernière se fait particulièrement crémeuse à l’aide du Cappuccinatore. Sur sa machine, Corinne Hörnlimann a programmé le latte macchiato. «J’adore conjuguer le lait et le café. Nos derniers modèles m’apprêtent une crème de lait super-aérée. Avec la «Miele Black Edition One for all», elle est tout bonnement divine.»

Lorsque, en télétravail, vous ressentez ici et là un creux, la fonction «DoubleShot» vole à votre secours: une double quantité de café mais un temps d’extraction plus court, c’est un arôme intense mais dénué d’amertume. Votre tasse de café vous donne un coup de fouet et son arôme est magnifié. Si, en revanche, l’ambiance se fait stressante et que le temps manque pour préparer un café, la fonction «WiFiConn@ct» s’impose: via une app, la machine se pilote à distance et, dès que l’arôme du café frais se répand dans la cuisine, il suffit d’aller chercher la tasse. Et si le niveau de bruit alentour atteint un niveau sensible, il est d’autant plus agréable que la machine à café tout automatique Miele travaille de manière particulièrement silencieuse.

Nul besoin de détartrer, se contenter de savourer

Comme pour toute machine fréquemment mise à contribution, une machine à café nécessite elle aussi des soins réguliers. Entre télétravail, garde des enfants et achats en ligne, on tourne déjà souvent à plein régime. Si bien qu’il faut se réjouir, au-delà du bonheur que procure un café, que le nettoyage ne prenne guère de temps. «Les machines à café tout automatiques comportent un programme de nettoyage et de rinçage. Les conduits de café et de lait sont automatiquement rincés à l’eau chaude tous les jours», explique Corinne Hörnlimann. Le bac d’égouttement, le réservoir d’eau et le récipient à résidus passent au lave-vaisselle. Même le groupe de percolation, le cœur de la préparation automatique de café où se déroule le processus de percolation, est facile à retirer et à nettoyer. Cela garantit une hygiène impeccable, une qualité de café constante et une longue durée de vie. Plusieurs modèles sont même dotés d’un programme de détartrage automatique qui contribue également à la longévité de la machine. «D’un entretien aisé, les machines tout automatiques de Miele conviennent à merveille aux journées suroccupées. Grâce à ma machine quotidiennement nettoyée, je savoure tous les jours un café délectable. Je ne voudrais en aucun cas manquer ça!» s’exclame Corinne Hörnlimann.

Le soir, quand la journée de télétravail touche à sa fin, nul besoin de songer à éteindre la machine à café. Voilà encore une chose qu’elle fait toute seule.

Cela dit, au-delà de la machine, la qualité du café joue évidemment un rôle crucial pour un plaisir parfait. Afin de compléter son offre, Miele propose quatre mélanges maison. Les grains de la série Black Edition sont des arabicas et robustas d’Amérique latine récoltés à la main. Tous portent le label Fairtrade, sont certifiés bio et torréfiés par une petite rôtisserie privée à l’aide d’un procédé précautionneux de torréfaction à tambour.

Ce qu’en dit l’expert du café

Une variété pour chaque goût

Matthias Peters est le propriétaire de la rôtisserie de café Vollmer et le créateur de la «Miele Black Edition N° 1». Cet expert explique ce qui compte dans la création et la dégustation d’un café.

Qu’est-ce qui distingue un bon café?

Matthias Peters: Un café est bon dès que l’on en commente la saveur avec d’autres gens. Chacun a ses propres préférences en matière de goût. Mais lorsqu’on boit une tasse d’un café aromatique, torréfié de façon artisanale et que l’on est envahi de bonheur, alors c’est que le café est vraiment bon.

Vous avez créé pour Miele une variété qui a du goût sous forme d’espresso, de café long et même avec beaucoup de lait. Comment avez-vous procédé?

Assembler des mélanges de café est un processus très compliqué. Il faut connaître les propriétés gustatives de chaque provenance de café vert pour exploiter les avantages de chacune et les intégrer habilement au mélange. Pour le mélange expresso, l’incorporation de robusta est un avantage en raison de sa crème épaisse et de sa saveur corsée. Pour les mélanges de produits «One for all» et le Café Crema, nous avons intégré des mélanges d’arabica qui ont une saveur à la fois franche et délicate. Après la phase de conception, on déguste beaucoup, on sélectionne et on différencie. Au bout du compte, les lauréats de cette phase de conception ont contribué aux produits de la «Miele Black Edition».

Comment caractériser la saveur du café que vous avez créé pour Miele?

L’expresso est corsé et légèrement pétillant, avec une note d’amande. Le Café Crema est floral avec de légères notes de cacao et d’agrumes. Le «One for all» est le rejeton de ces deux mondes, il a une saveur corsée et des notes de chocolat. Et le Decaf est d’une saveur agréable, souple et ronde.

En préparant un café à la maison, à quoi faut-il veiller pour que les grains de café développent un maximum de saveur?

Les paramètres de température de l’eau, de pression, de mouture, de dosage et de durée sont essentiels. Quand on augmente la quantité de café par rapport à la quantité d’eau, le café se fait plus plein, plus puissant. Si le café doit être plus intense, on affine le degré de mouture. L’idéal est de se faire un expresso ou un Café Crema avec de l’eau à 92 degrés et une pression autour de 9 bars.

Auriez-vous d’autres conseils quant à la consommation de café en télétravail?

Ne pas acheter trop de café à la fois. Le faire fréquemment en petites quantités. De cette façon, le café demeure plus longtemps frais et séduit par son plein arôme.


Découvrez-en plus sur le monde de Miele ici.