Il connaît peut-être Porsche mieux que personne. Passionné depuis sa plus tendre enfance, Dieter Landenberger passe volontiers des heures dans les couloirs du musée Porsche à répondre aux questions. D’abord sur ce que le directeur des archives historiques du musée surnomme le «salon de la marque», soit le musée à proprement parler. Cet immense bâtiment blanc totalement contemporain installé sur Porscheplatz 1, à Stuttgart, a ouvert début 2009, coûté 100 millions d’euros et contient 10 000 tonnes de métal. Il abrite plus de 500 modèles de collection et les salles d’exposition se trouvent à 30 m du sol.

Dieter Landenberger est l’auteur d’un livre* publié cette année sur les quarante ans de mariage entre la marque et le turbo, cet appendice greffé au moteur, qui récupère une partie de l’énergie des gaz d’échappement afin de comprimer l’air alimentant ce dernier, améliorant ainsi son rendement.

Porsche a été la première marque à commercialiser un turbo «qui fonctionnait vraiment», relève l’historien. Même si d’autres avaient déjà tenté la manœuvre outre-Atlantique – Oldsmobile Turbo Jetfire ou Chevrolet Corvair Monza, sans véritablement convaincre – ou même en Suisse – le coureur et ingénieur Michael May (diplômé en mécanique de l’EPFZ) avait déjà imaginé un kit turbo à monter sur les Ford Capri.

En 1972, durant la Canadian-Americain Challenge Cup («Can-Am», une course «plutôt libérale», selon Dieter Landerberger, car on pouvait y courir avec des prototypes ou des véhicules modifiés de A à Z), la première Porsche 917/70 dotée d’un turbo y a dominé la course. Rebelote en 1973 quand la 917/30 – 800 kilos pour 1200 chevaux! – épate au point que les organisateurs décident d’en revoir les règles…

Ces deux titres donneront au constructeur le savoir-faire pour lancer la production en série d’une 911 suralimentée. Présentée au Salon de Paris en octobre 1974, la Carrera RS 3.0 semble identique aux autres… si l’on exclut les cinq lettres couleur argent «TURBO» qui agrémentent l’arrière de la voiture. Elle coûtait alors 65 800 deutsche mark. Environ 40 000 francs suisses.

*Porsche – Turbo Stories, Edition Porsche Museum, 224 pages.