Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Mode masculine

Prada, banal is beautiful

Une fois encore, la marque italienne signe le show le plus étrange et le plus beau de Milan. Voici pourquoi

Le beau bizarre. C’est comme cela qu’on surnommait George Brummel, ce Britannique qui fut, au XIXe siècle, le premier dandy moderne. Sa devise: moins d’apparat, plus de sophistication. Avec lui, des poètes comme Baudelaire ou Théophile Gautier théorisèrent sur le dandysme en mode et en art, plaçant la beauté sophistiquée au-dessus du naturel, l’étrange au-dessus de la simplicité. «Le beau est toujours bizarre», écrivait l’auteur des Fleurs du mal.

Milan, dimanche dernier, au défilé Prada (voir ci-contre). On découvre le décor, d’une simplicité suspendue. Une suite de salons et de chambres dessinés par l’architecte Rem Koolhaas. D’immenses écrans figurent des baies vitrées ouvertes sur des villes, ou béant sur des ciels traversés par des canards sauvages.

Le défilé commence. Tout est très beau. Et tout est normal.

C’est ce qu’a voulu la designer Miuccia Prada. Débusquer l’élégance de la banalité. Donner à voir la distinction de ce qui semble ne pas en avoir. Couleurs turquoise, costumes à petits carreaux, paletots de cuir légèrement glacé, chemise qui dépasse de dessous le pull, imper à carreaux vichy layette, chaussures de cuir crantées, bomber dont l’élastique, élargi, remonte jusque sous les basses côtes. Volumes parfaits, palettes et proportions itou. Rien d’extravagant, si ce n’est l’absence d’extravagance. Rien à voir, mais rien, avec la normalité insipide vantée par François Hollande.

Depuis plus de 20 ans, Miuccia Prada marque la mode par sa manière, unique et vaguement sadique, de prendre des vêtements ou des motifs déclassés pour en révéler la beauté et en faire des objets de luxe (sacs griffés en nylon, imprimés mochasses reproduits sur des mateaux brodés, etc). Cette fois, elle aborde le continent du banal et le résultat est d’une élégance, d’une paix rares. L’impression de voir défiler des geeks qui auraient relu, et compris, tout Brummel. St. Bo.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo lifestyle

Les secrets d'un dressing minimaliste

«Moins, c'est mieux», y compris dans sa garde-robe. En collaboration avec responsables.ch, la blogueuse et auteure de «Fashion mais pas victime» Mélanie Blanc vous donne ses conseils pour acheter modérément et rester branché.

Les secrets d'un dressing minimaliste

n/a